Français FR English EN

Jeux olympiques MEXICO 1968 – Mexique

Ville Candidate, à l’organisation des Jeux de 1956 et 1960, le choix de la capitale mexicaine pour l’organisation des Jeux de 1968 suscite de nombreuses réactions négatives en raison de l’altitude de la ville (2240 m) et de la pollution déjà très importante. Mexico n’avait que trois concurrents pour l’obtention des Jeux, les villes de Detroit, Lyon et Buenos Aires. Elle l’emporte facilement dès le premier tour de scrutin.

Toutefois, les Jeux faillirent ne pas avoir lieu en raison de l’agitation étudiante qui secoue le pays. Une répression sanglante fait cent morts quelques jours avant le début des épreuves olympiques.

L’armée fait taire à coups de bazookas les étudiants opposés au gouvernement. Malgré ce contexte difficile, les Jeux ont finalement lieu à la date choisie.

 

 

Ils seront à l’image de l’époque, agités et contestataires. Il y a les nombreuses manifestations liées aux droits de l’homme bafoués ici et là. Les Jeux servent de tribune politique aux athlètes noirs Américains qui mettent en avant la politique ségrégationniste des États-Unis, un mouvement appelé Black Power. À Mexico, les Jeux entrent de plain-pied dans le monde moderne.

Des Jeux qui comptent dans l’histoire olympique

Déjà fortement polluée en 1968, la capitale mexicaine l’est plus encore aujourd’hui.

Pendant ce temps, de nombreuses délégations choisissent de se préparer en altitude afin d’éviter les problèmes d’adaptation comme les français dans la station climatique de Font-Romeu. Pour la première fois véritablement, les épreuves sont très médiatisées et personne ne peut oublier l’événement des Jeux lorsque l’Américain Bob Beamon franchit 8,90 m en longueur et qu’il pulvérise le record du monde de 50 cm. Les images de son saut ont fait le tour du monde et marquent indéfectiblement ces Jeux organisés au Mexique.

 

Pour le reste, on retiendra que la Tchèque Vera Caslavska en gymnastique et son homologue Akinori Nakayama chez les hommes remportent l’un et l’autre quatre médailles d’or. En natation, deux héros Américains se distinguent fortement Charles Hickcox et Don Schollander.

 

Pour la première fois, des tests antidopage sont pratiqués et un suédois est le premier à en faire les frais, tandis que les dames doivent subir aléatoirement des tests de dépistage de féminité. Mais si l’altitude était un problème pour de nombreux athlètes, ce n’était pas le cas des coureurs de fonds éthiopiens et kényans. Habitués aux hauts plateaux, ils s’imposent sur toutes les courses du 800 m au marathon. C’est une préfiguration de la domination qu’ils imposeront au monde les décennies suivantes.

Français FR English EN