Français FR English EN Italiano IT

Jeux olympiques TOKYO 1964 – Japon

La capitale du Japon était ville candidate à l’organisation des Jeux de 1940. Le conflit avec la Mandchourie aurait dû la priver d’emblée d’organisation, mais le CIO, fidèle à son credo, refuse de s’immiscer dans les affaires intérieures japonaises. Toutefois, les pressions extérieures sont fortes et finalement le Japon refuse d’organiser les Jeux. Ils échoient à la ville d’Helsinki qui était son adversaire malheureux lors de la désignation. Mais le début de la deuxième guerre mondiale et l’invasion soviétique en Finlande auront raison des 12e Jeux olympiques. Seul le quantième sera conservé.

 

Le village olympique de Yoyogi

Finalement, c’est en 1964 que Tokyo accueille les Jeux au détriment de Detroit, Vienne et Bruxelles. C’est la première ville asiatique à le faire. Lors de ces Jeux tokyoïtes, pour rappeler au monde que les Japonais ont pardonné sans oublier, c’est un rescapé du bombardement d’Hiroshima qui allume la vasque olympique.

 

Quant à l’Allemagne bien que divisée politiquement et géographiquement, elle présente deux équipes, mais qui doivent concourir solidairement. C’est-à-dire que les victoires seront celles d’une seule nation. De son côté, l’Afrique du Sud qui n’a pas réussi à réaliser une équipe multiraciale est exclue du mouvement olympique.

Les japonais ne sont pas maîtres chez eux

Anton Geesink terrasse les nippons sur leurs terres

Pour l’occasion, le volley-ball et le judo deviennent des sports olympiques. En judo, ironie du sort, c’est un Hollandais Anton Geesink qui remporte le premier titre chez les poids lourds. Quant au héros des Jeux, il est Américain. Le nageur Donald Schollander rafle quatre médailles dans la piscine de Tokyo où les Japonais entendaient pourtant s’illustrer.

En gymnastique, la soviétique Larissa Latynina et la tchèque Vera Caslavska poursuivent leur moisson de médailles, tandis que chez les garçons la compétition est dominée par le Japonais Yukio Endo.

 

Au classement des nations, si les États-Unis avec 36 médailles obtiennent le plus grand nombre de trophées en or, l’Union soviétique domine le classement avec 96 médailles dont 30 en or.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights