Français FR English EN Italiano IT

Plus dure fut la chute d’Astakhova

Du temps de sa splendeur, Polina Astakhova (1936 – 2005) était considérée comme la gymnaste la plus élégante de son époque. Son surnom dans les médias occidentaux était « Russian Birch » – le bouleau russe – en référence à sa très grande souplesse… même si elle était ukrainienne.

 

Dix médailles dont cinq d’or viendront couronner la carrière sportive de cette gymnaste qui réalise un fabuleux parcours depuis Melbourne 1956 et jusqu’à Tokyo 1964.

 

Deux fois médaillée d’or aux barres parallèles à Rome et Tokyo où elle devance la grande Larissa Latynina. La championne remporte également le concours général par équipe à trois reprises.

Elle sera également deux fois médaillée d’argent aux exercices au sol et trois fois médaillée de bronze du concours général individuel. Devenue entraineure par la suite, elle a tout naturellement été intronisée au Temple de la renommée de la gymnastique internationale.

La chute

Mais ça c’était avant… avant la chute de l’empire soviétique.

 

Polina Astakhova redevient alors ukrainienne et très vite se retrouve abandonnée de tous. Sa retraite sera terrible. Elle va devoir vendre ses médailles, son mobilier et ses vêtements pour survivre.

 

Un an avant sa mort, Polina Astakhova a visité la base olympique de Koncha Zaspa et a choqué les gymnastes par son dénuement. Ils ont dû lui acheter des médicaments, de la nourriture et des vêtements.

 

Elle est morte d’une grippe à l’âge de 68 ans et c’est le club de Donetsk qui a dû organiser ses obsèques.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT