FrenchEnglishSpanish

ANVERS 1920 – Belgique

C’est à la demande pressante du comte de Baillet-Latour, futur président du mouvement olympique que la grande ville Belge accueille les Jeux au lendemain de la première guerre mondiale en 1920. Bien que le grand port de l’Escaut ait été copieusement bombardé, les riches diamantaires et armateurs apportent leur soutien à la réalisation des Jeux. Les Allemands et les Autrichiens sont écartés du mouvement olympique pour faits de guerre. Les Russes déclinent l’invitation.

 

Malgré cela, 29 pays présentent des athlètes. Ils voient pour la première fois, le drapeau olympique se dresser dans le stade pendant qu’un athlète et un arbitre prononcent pour la première fois le serment olympique avant le tout premier lâcher de colombes dans le ciel flamand. Le drapeau blanc dessiné par Coubertin avec cinq anneaux de couleur entrelacés sera volé à la fin des Jeux, mais restera à tout jamais appelé «drapeau d’Anvers» même s’il ne sera rendu qu’en 2000 par celui qui l’avait volé, l’Américain Harry Prieste.

 

Sur le plan sportif, ce sont les Américains et les Suédois, moins concernés par le conflit qui vient de s’achever, qui raflent l’essentiel des médailles. Ainsi le nageur Duke Kahanamoku et le tireur suédois Oscar Swahn se distinguent. Mais la palme revient à l’escrimeur italien Nedo Nadi qui remporte cinq médailles d’or.

Anvers avait obtenu les Jeux au détriment d’Amsterdam, Lyon, Atlanta, Cleveland, Philadelphie, Budapest et La Havane.

close
Envie de recevoir nos articles par email ?

Inscrivez-vous à notre newsletter !