Français FR English EN Italiano IT

Jeux olympiques PARIS 2024 – France

Ville candidate à l’organisation des Jeux en 1992, 2008 et 2012, la capitale Française échoue systématiquement lors du vote final face à Barcelone, Pékin et Londres. En 2012, pourtant, le dossier français était largement favori. Lors de la 117e session réunie à Singapour en 2005, les Britanniques de Londres réussissent dans les derniers instants à obtenir un vote favorable au détriment des Français, abasourdis par un tel renversement de situation.

Les responsables de la candidature avaient mésestimés la capacité du Premier ministre britannique Tony Blair et l’actuel président de la Fédération Internationale d’athlétisme, Sebastian Coe a renverser le vote des membres du CIO.

2024 ou rien !

À force d’abnégation, Paris décide de repartir au combat en 2015 avec l’espoir d’obtenir les Jeux de 2024, cent ans après les derniers Jeux organisés en France. Elle fait alors savoir que ce sera 2024 ou rien ne lâchant pas un pouce lorsque la candidature de Los Angeles semble prendre le dessus.

 

Finalement les Californiens acceptent de différer leur projet à 2028 moyennement une aide du CIO. Paris a le champ libre pour obtenir un vote à l’unanimité. Un résultat d’autant plus facile à obtenir que toutes les autres villes candidates : Hambourg, Rome et Budapest ont abandonné leur projet avant la délibération finale.

 

Lors du vote à Lima au Pérou en 2017, Paris obtient les Jeux de 2024 et Los Angeles obtient également à l’unanimité l’organisation des Jeux de 2028.

Des Jeux qui profiteront à la Seine Saint-Denis

Le site du parc Georges Valbon qui doit accueillir le village des Médias puis devenir une ville-jardin par la suite.

En marge des 28 sports olympiques, le COJO présidé par l’ancien champion olympique de canoë-kayak, Tony Estanguet entend promouvoir quatre disciplines additionnelle à Paris 2024 : l’escalade, le surf, le breaking et le skateboard.

La plupart des sites existent déjà à l’exception du village olympique qui sera construit au Nord du stade de France en Seine Saint Denis, ainsi que le Village des Médias (photos) qui doit être édifié à cheval sur trois communes dont la Courneuve.

 

Ces ouvrages sont à la charge de la Solideo, une société d’économie mixte en charge des ouvrages olympiques. D’autres sites provisoires doivent également être construits. Ceux là sont à la charge du Comité d’organisation.

 

Le département francilien de la Seine-Saint Denis a besoin de redorer son image. Il devrait profiter des nombreuses infrastructures nécessaires à la réalisation des Jeux dans le cadre de l’héritage. Cela bénéficiera aux populations locales à l’issue des Jeux olympiques. En dépit des oppositions locales, les chantiers avancent à leur rythme.

 

Les Jeux de Paris 2024 se promettent d’être différents des jeux précédents. Première originalité, la cérémonie d’ouverture se déroulera sur la Seine et pas dans un stade comme c’est habituellement le cas.

TOUT PARIS 2024

 

18 COMMENTAIRES
Français FR English EN Italiano IT