Les politiques mettent de l’huile sur le feu

Alors qu’un sondage de l’institut Viavoice publié hier indique que seulement 37% des Français attendent les Jeux olympiques « avec impatience », deux des actrices des Jeux, la maire de Paris, Anne Hidalgo et la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse ont fait deux déclarations qui risquent de contrarier un peu plus le COJOP et les Français en général.

 

En visite à Kiev, la maire de Paris Anne Hidalgo vient de jeter un pavé dans la mare avec une déclaration qui risque de faire des vagues : « Je veux dire aux athlètes russes et biélorusses qu’ils ne sont pas les bienvenus à Paris. Je voudrais aussi dire aux Ukrainiens athlètes et tout le peuple ukrainien que nous les soutenons beaucoup », a-t-elle déclaré dans une vidéo publiée par la chaîne YouTube ukrainienne United News.

Hidalgo a fait ce commentaire lors d’une visite dans un centre d’entraînement pour athlètes ukrainiens aux côtés du maire de Kiev, Vitali Klitschko (photo), le frère du champion olympique, Vladimir Klitschko.

Si le CIO a suspendu la Russie des Jeux de 2024 l’année dernière, il a en revanche donné le feu vert à ses athlètes pour concourir en tant que neutres tant qu’ils ne soutiennent pas activement l’attaque du Kremlin contre l’Ukraine. Les commentaires de la maire de Paris pourraient désormais soulever un problème avec le CIO.

Les Jeux, c’est bon pour la santé !

Les habitants de la région parisienne explorent des stratégies pour s’adapter à un système de transports publics qui risque d’être saturé pendant les Jeux olympiques, mais beaucoup n’auront pas le luxe d’envisager l’alternative du télétravail comme le suggèrent les autorités.

Dans tous les cas, les Parisiens devront adopter d’autres modes de vie du 26 juillet au 11 août.

Dernière suggestion, celle de Valérie Pécresse la présidente de la région Île-de-France et de IDF-Mobilités « N’ayez pas peur de marcher un peu, c’est bon pour la santé ». La réflexion a suscité la colère de l’opposition de gauche qui a fait remarquer que ceux qui vivent en banlieue loin de leur lieu de travail n’ont pas d’autres choix que les transports en commun pour se déplacer.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights