Français FR English EN Italiano IT

Le NAZISME aux Jeux – Politique

Les Jeux olympiques de Berlin 1936 consacrent aux yeux du monde la montée du mouvement nazi en Allemagne. Comme il l’a fait à Garmisch-Partenkirchen quelques mois plus tôt, Hitler se sert de ces Jeux comme caisse de résonance. Afin de tromper le monde sur leurs intentions, les nazis multiplient les faux-semblants. Ils sélectionnent quelques sportives juives par exemple. Mais les croix gammées qui trônent au centre des anneaux olympiques et les centaines de S.A qui gardent les principales installations, démontrent que la machine est en marche.

 

Le Chancelier du Reich sera omniprésent pendant toute la durée des Jeux en tribune présidentielle

Lorsque la délégation allemande salue Hitler, le bras tendu, lors de la cérémonie d’ouverture, le doute n’est plus permis. Hélas, il est trop tard pour faire marche arrière.

En Europe, l’Espagne du Front Populaire décide de boycotter ces Jeux. En France, le député radical Pierre Mendes-France a vu venir la supercherie. Il est le seul représentant politique à s’opposer au vote des crédits permettant à la sélection française de se rendre à Berlin.

 

Quant aux Américains, après avoir envisagé le boycott, ils y participent finalement pour le plus grand bonheur de l’afro-Américain Jesse Owens qui remportera quatre médailles d’or. Ce dernier mettra à mal la théorie d’Adolf Hitler sur la virtuelle supériorité de la race aryenne.

Français FR English EN Italiano IT