Français FR English EN

Jeux olympiques SAPPORO 1972 – Japon

Sapporo aurait pu organiser les Jeux d’hiver de 1940 s’ils avaient eu lieu. En raison du deuxième conflit mondial, ils sont annulés. Trente deux ans plus tard, cette grande ville de l’île d’Hokkaido accueillent enfin les épreuves olympiques. Les Jeux démarrent sur un coup de tonnerre.

Le meilleur skieur du moment, l’Autrichien Karl Schranz, est exclu des Jeux pour être ouvertement professionnel. Il défie par presse interposée le président du CIO, farouche opposant au professionnalisme. Ce dernier, Avery Brundage met sa démission en jeu si Schranz n’est pas disqualifié. C’est l’élu américain qui obtiendra gain de cause au risque de se fâcher avec l’Autriche tout entière. Il s’attire également les foudres d’une grande partie du mouvement sportif également.

Brundage vit ses derniers mois à la tête du mouvement olympique. Il sera remplacé au mois de septembre après les Jeux d’été de Munich 1972.

 

La ville de Sapporo aujourd’hui qui doit accueillir le marathon des Jeux de Tokyo 2020

Sapporo a été préféré à Salt Lake City, Banff au Canada et Lahti en Finlande. Si les Jeux démarrent sur cette fausse note, ils se termineront bien mieux, même si la tempête de la dernière nuit transforme la ville en bourbier.

 

Sur le plan sportif, commence le règne de la patineuse soviétique Irina Rodnina qui conservera sa couronne pendant huit années consécutives, tandis que chez les hommes le hollandais Ard Schenk remporte 3 médailles d’or. Autre sportive triplement médaillée d’or, la fondeuse soviétique Galina Kulakova.

Ces Jeux sont d’ailleurs dominés par les Soviétiques alors que l’Italien Gustavo Thoeni et la Suissesse Marie-Thérèse Nadig s’illustrent brillamment sur les champs de neige.

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN