Français FR English EN Italiano IT

Jeux olympiques SARAJEVO 1984 – Bosnie–Herzégovine

C’est en 1984 que cette grande ville de l’ancienne Yougoslavie devient capitale olympique en accueillant les Jeux d’hiver. Elle s’impose à Göteborg dont les sites sont trop éloignés les uns des autres et Sapporo qui a organisé les Jeux d’hiver douze ans auparavant.

Sarajevo est la première ville communiste à obtenir les Jeux d’hiver. Elle se modernise totalement pour l’occasion.

 

Hélas, c’est devenu huit ans plus tard, une ville martyre de Bosnie-Herzégovine après qu’en 1992 les communautés Serbes et Croates de Bosnie-Herzégovine s’y soient livrées à une guerre sans pitié après l’éclatement de l’ancienne Yougoslavie. Ce sont finalement les soldats de l’OTAN qui permettent de mettre fin au conflit en 1995.

Une guerre où les tensions entre les communautés ont été exacerbées par la présence en Bosnie d’une forte communauté musulmane (soutenue par la Croatie) favorable à l’indépendance vis à vis de Belgrade, ce que les Serbes de Bosnie n’acceptent pas. Cette guerre aura fait 100.000 morts et deux millions de réfugiés.

Un cimetière olympique

 

Aujourd’hui, il ne reste plus rien ou presque du site olympique et de la patinoire où l’Allemande Katerina Witt, double championne olympique avait remporté sa première couronne.

Certaines installations seront rénovées après la guerre, mais la plupart ont été abandonnées comme les tremplins de saut à ski (photo).

 

Lors des Jeux de Lillehammer dix ans après ce rendez-vous bosniaque il sera demandé à tous les participants présents lors de la cérémonie d’ouverture d’observer une minute de silence à la mémoire de tous ceux qui sont tombés sous le déluge de feu des bombes de Sarajevo.

Des Jeux très réussis

Lors de ces Jeux, certaines épreuves devront être différées de plusieurs jours en raison de la neige qui tombe en abondance et du vent parfois extrêmement violent. Toutefois, ces conditions météos ne gâcheront pas la fête et ses Jeux resteront des Jeux très réussis.

La Finlandaise Marja-Liisa Hämäläinen (photo) qui remporte les trois courses individuelles de ski de fond, est l’athlète la plus médaillée des Jeux.

Le suédois Gunde Svan l’imite chez les hommes.

 

Pendant ce temps le québécois Gaétan Boucher domine le patinage de vitesse au même titre que l’Est-allemande Karin Enke chez les filles.

 

Elle sera d’ailleurs le fer de lance d’une équipe de RDA qui fait une razzia sur les médailles d’or : 9 au total, parmi lesquelles celle de Katarina Witt en patinage artistique que tout le monde garde en mémoire.

L’Union soviétique et la Finlande complète le podium.

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT