Français FR English EN Italiano IT

ARBITRE et JUGE aux Jeux olympiques

Tous les sports sont soumis à des règlements précis. Les arbitres et les juges sont chargés de les faire appliquer. Depuis les Jeux de Sapporo 1972, les arbitres, comme les entraineurs et les athlètes étaient tenus de prononcer un serment lors de la cérémonie d’ouverture. Toutefois, ce dispositif avait été supprimé afin de dynamiser la cérémonie d’ouverture. Les juges se contentant de tenir un coin du drapeau olympique pendant que l’athlète, seul, prononçait le serment olympique (texte dans l’article).

Depuis les Jeux de Tokyo 2020, les juges, les entraineurs et les athlètes prononcent de nouveau le serment, mais ils le font en commun. Chacun cite la phrase qui le concerne et récite ensuite le reste du serment d’une seule voix.

 

Pourtant l’histoire des Jeux montre que l’impartialité des juges n’est pas toujours à la hauteur. Le principal cas de figure remonte aux Jeux de Londres 1908. Tous les juges en poste étaient anglais. De nombreuses décisions furent litigieuses. C’est depuis cette date que les organisateurs des Jeux font appel à des arbitres internationaux.

Impartial, mais pas infaillible

En dépit de ces bonnes résolutions, les erreurs d’arbitrages sont encore fréquentes. À l’occasion des Jeux d’Athènes 2004, de nombreuses décisions ont été contestées. Il est arrivé que des médailles aient été remises à des athlètes qui durent les rendre après décision du Tribunal Arbitral du sport (TAS). L’Allemande Bettina Hoy, double championne olympique du concours complet d’équitation en a été cruellement victime pour avoir commis une irrégularité qui avait échappée aux juges. C’est l’équipe de France qui en avait alors bénéficié de la médaille d’or après sa réclamation lors du concours par équipe.

 

Citons également l’exemple en Los Angeles 1984 lorsque le boxeur français Christophe Tiozzo a la faveur de 3 juges sur 5. Il faut obtenir trois voix d’écart. Lors du deuxième vote les juges inversent totalement leur décision et donnent la victoire à son adversaire. Il n’est pas certain que l’impartialité et la sportivité aient primé dans leur décision.

 

 

1 COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights