Français FR English EN Italiano IT

Bach fait de nouveau faux bond à Sapporo

La candidature de Sapporo à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de 2030 est de nouveau mise à mal. Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach vient d’annuler son projet de se rendre à Tokyo le 16 octobre prochain. Il devait y rencontrer le maire de Sapporo, Katsuhiro Akimoto.

 

Trois semaines après un court voyage à Tokyo pour assister aux obsèques de l’ancien premier ministre Shinzo Abe, assassiné en juillet dernier, Thomas Bach devait de nouveau se rendre au Japon. Il devait assister à une fête commémorant le premier anniversaire des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020.

 

Cependant, l’officiel allemand ne serait plus en mesure d’effectuer le déplacement pour des « raisons d’horaire », autrement dit de calendrier. Il délègue sa présence à des membres japonais du CIO, Morinari Watanabe, le président de la Fédération internationale de gymnastique, Yasuhiro Yamashita, le président du Comité olympique Japonais et Yuki Ota, un ancien champion du monde du fleuret.

Le scandale de Tokyo 2020 en toile de fond

Au delà, de cette annulation, c’est le deuxième rendez-vous avec le maire de Sapporo, Katsuhiro Akimoto (photo) qui est annulé. Akimoto devait lui-même se rendre à Lausanne au début du mois de septembre, la visite avait été ajournée. Cette fois, la partie est encore remise. Pourtant, il était question d’évoquer sérieusement la candidature de la ville à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de 2030 pour laquelle Sapporo a longtemps fait figure d’archi-favorite.

 

Seulement depuis, le scandale de corruption qui concerne les Jeux de Tokyo 2020, impliquant Haruyuki Takahashi, un membre éminent du conseil d’administration de Tokyo 2020 a tout remis en cause. Depuis le CIO semble terriblement méfiant à l’égard des organisateurs japonais.

 

On rappelle que Takahashi a été arrêté début septembre parce qu’il est soupçonné d’avoir reçu de nombreux pots-de-vin. Depuis son arrestation, la saga a pris de multiples rebondissements avec de nouveaux noms et entreprises accusés d’être impliqués dans le scandale.

Au début, il n’y avait que l’entreprise de textile Aoki, désormais plusieurs autres entreprises seraient concernées : l’entreprise de publicité Daiko Advertising Inc, la société d’édition Kadokawa Corporation et maintenant , Sun Arrow Inc., la société responsable de la vente des mascottes olympiques et paralympiques.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights