Français FR English EN

Pour une représentation équitable entre les sexes

Il ne fait plus de mystère qu’aujourd’hui les athlètes féminines sont presque aussi nombreuses que leurs homologues masculins dans la plupart des disciplines olympiques. Or, elles n’ont pas encore acquis la même couverture audiovisuelle que les hommes. Afin d’y remédier le Comité International Olympique (CIO) vient de publier de nouvelles directives dans ce sens.

 

Le CIO encourage une couverture égale, équitable et inclusive des Jeux olympiques de Tokyo 2020. On retiendra tout de même qu’il y a quelques jours, la nouvelle présidente du CNOSF Brigitte Henriques et la ministre des sports Roxanna Maracineanu ont signé une charte allant dans le même sens.

 

Lors des Jeux de Tokyo 2020, l’équilibre hommes – femmes est effectif, mais les japonais ne sont pas parvenus à la parité. Il y a encore quelques dizaines d’hommes en plus des femmes. Cette parité devrait être atteinte lors des Jeux de Paris 2024 puisque c’est un objectif affiché du CIO et du COJO.

De Coubertin à nos jours

Pour la première fois, lors des Jeux de Tokyo 2020, presque toutes les délégations avaient un représentant de chaque sexe comme porte-drapeau

Le Baron Pierre de Coubertin qui était d’une misogynie extrême aurait sans doute peu goûté le texte que viennent de produire ses successeurs. Lui n’acceptait même pas la présence des femmes aux Jeux olympiques. On dit même qu’il serait tombé malade pour ne pas honorer de sa présence les Jeux d’Amsterdam 1928 en raison de l’arrivée en nombre d’athlètes féminines. Elles n’étaient pourtant guère que 10% du total des 2800 sportifs présents.

 

C’est après la deuxième guerre mondiale, que les sportives qui ont continué à s’entrainer pendant les années de guerre sont devenues des icônes du sport international. Les Jeux de Londres 1948 en ont été la démonstration. Depuis, la présence des sportives est certes glorifiée, mises en exergue, célébrée mais pas toujours… pour de bonnes raisons.

Une représentation équitable entre les sexes

C’est ainsi, s’appuyant sur la première version des Directives sur la représentation publiée en 2018 que la deuxième édition appelle à la mise en œuvre de « pratiques de représentation équitables entre les sexes dans toutes les formes de communication » à travers les Jeux Olympiques et dans l’ensemble du Mouvement olympique.

 

Les directives mises à jour soulignent l’importance d’une représentation télévisuelle équilibrée certes, mais aussi de meilleures pratiques et conseils dans différents secteurs. Cela va du langage utilisé par les commentateurs (trices), aux choix des images quant à la qualité, la quantité et l’importance de la couverture.

« Deux semaines de couverture olympique sont une occasion unique de générer de nouveaux modèles de comportement forts, positifs et diversifiés, et de promouvoir une couverture équilibrée et une représentation juste des sportifs dans toute leur diversité – sans distinction de sexe, de race, de religion, d’orientation sexuelle ou de situation socio-économique », a déclaré le CIO.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN