Français FR English EN Italiano IT

Le champion avait de la mémoire et du cœur

En montant sur la plus haute marche du podium dans la catégorie des 98 kg en lutte gréco-romaine aux Jeux de Rio 2016, Artur Aleksanyan (1991) devient l’Arménien le plus titré aux Jeux après avoir remporté une médaille de bronze à Londres quatre ans auparavant.

 

Surnommé « l’ours polaire », Aleksanyan cache en réalité une grande sensibilité. Il le démontre sur le podium à Rio lorsqu’il dévoile sous sa veste de survêtement un t-shirt avec le portrait d’un jeune militaire de 19 ans, tué lors des affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan quelques mois plus tôt.

Il dédie alors sa médaille aux soldats arméniens protégeant la frontière.

Aleksanyan était tout naturellement, le porte-drapeau de l’Arménie lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Rio. En marge de ce titre olympique, Aleksanyan a été trois fois champion du monde et quatre fois champion d’Europe.

 

Mais où l’histoire prend une résonance particulière, c’est qu’à son retour en Arménie, Aleksanyan a été approché et serré dans ses bras par un homme à l’aéroport. L’homme  en question s’est révélé être le père du jeune militaire tué à qui le champion au grand cœur avait rendu hommage.

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights