Français FR English EN Italiano IT

Les ASSURANCES – Maux du sport

L’organisation des Jeux olympiques coûte cher. Or, depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington, un déficit de sécurité peut aisément remettre en question l’organisation des Jeux. Il suffirait d’un attentat ou de la défaillance des meilleures nations internationales pour que les Jeux soient annulés ou interrompus.

 

C’est pour prévenir de telles catastrophes que le Comité International Olympique (CIO) s’est assuré auprès d’une grande firme internationale et que cette démarche est désormais adoptée pour toutes les éditions des Jeux.

 

Dans le même temps, le Comité d’organisation (COJO) des Jeux de la ville hôte contracte une assurance couvrant les athlètes, les officiels, les spectateurs et les habitants concernés par l’événement. C’est la partie responsabilité civile.

Le COJO doit également s’assurer

Un aléa climatique, une structure mal construite peut provoquer un dégât important. Mais les organisateurs doivent également faire face à d’autres responsabilités comme la vente des billets. Ils doivent pouvoir être en capacité de rembourser les spectateurs d’un événement qui n’aurait pas lieu, à fortiori, l’annulation des Jeux en raison d’un événement d’une extrême gravité. On note d’ailleurs que cette assurance, couvre également les frais des droits audiovisuels. Cette assurance servirait également à rembourser les sponsors qui aurait payé une visibilité le temps de l’événement dont ils ne bénéficieraient pas du fait de l’annulation.

Un coût très élevé

Pour avoir une idée de ce que représente ce coût, notez que pour les Jeux de Rio 2016, les organisateurs ont dû débourser deux milliards d’euros sur les seize milliards dépensés pour l’organisation globale des Jeux. Ajoutons que dans le cas de Tokyo 2020, l’annulation des Jeux liées au risque que fait courir le Covid-19 serait couvert par les assurances. En effet, deux risques principaux sont couverts, celui du terrorisme et des maladies contagieuses. En plus de cela, le comité d’organisation japonais a également étendue les risques à celui d’un tremblement de terre, commun au Japon.

 

Le montant à couvrir en cas d’annulation des Jeux s’élèverait à plus de 5 milliards de dollars qui proviendraient des droits de télévision, les sponsors et la billetterie. Une annulation des Jeux aurait de lourdes conséquences pour le CIO et le COJO car les assurances ne paieraient qu’un milliard et demi d’indemnité maximum. C’est la raison pour laquelle le network NBC qui jouit de l’exclusivité télévisé s’est également assuré de son côté.

AUCUN COMMENTAIRE

Désolé, les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

Français FR English EN Italiano IT