Français FR English EN Italiano IT

Malgré la crise Paris 2024 fait front

La commission de coordination du CIO est en visite à Paris jusqu’à aujourd’hui afin de faire un point sur le chantier olympique à maintenant moins de deux ans des Jeux. L’occasion pour le président de Paris 2024, Tony Estanguet et la ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra de se montrer particulièrement offensifs.

 

Le président du COJOP de Paris 2024, Tony Estanguet a pris la parole lors d’une plénière avec les membres de la commission. Il a noté que les crises géopolitiques et économiques actuelles à travers le monde avaient un impact sur leurs préparatifs.

« Malgré le contexte compliqué que nous traversons actuellement, nous gardons des ambitions et des attentes élevées pour les Jeux ».

 

Toutefois Tony Estanguet observe que des défis se présenteront bientôt pour les organisateurs et a lancé un appel aux sponsors pour qu’ils maintiennent l’élan.
« Nous avons 80 % d’opinions favorables avec les entreprises » a t-il martelé. Mais « Nous aurons besoin de votre aide pour trouver de nouvelles sources d’optimisation et aller encore plus loin pour économiser de l’argent dans les coulisses des Jeux ».

 

Ces derniers mois ont provoqué une incertitude économique dans toute l’Europe, avec une forte augmentation des factures alimentaires et énergétiques, la faute en partie à l’invasion de l’Ukraine et aux sanctions russes qui ont suivi.

Les factures d’énergie en France ont été plafonnées à une augmentation de 4 %, avec une inflation de 6,1 %, la plus élevée en 37 ans.

Les pays voisins ont été plus durement touchés comme le Royaume-Uni qui envisage une augmentation de sa facture énergétique de 80 % et une inflation se situant actuellement à 10,1 %. Une inflation qui se situe à 8,9% dans la zone euro avec des pointes au delà des 20% dans les Pays Baltes. Elle est de 10,8 en Espagne, 8,5 en Allemagne ou encore 10,4 au Benelux.

Vigilance au gouvernement français

La ministre française des Sports, Amélie Oudea-Castera, était également présente lors de la plénière et a laissé entendre que des réductions pourraient être nécessaires dans des domaines pour maintenir des coûts raisonnables. La ministre s’est montré offensive et inflexible.

« Cette anxiété ne nous permettra pas d’être à notre meilleur, nous savons que cette tâche est phénoménale, nous n’avons pas le temps pour la bureaucratie », a déclaré Amélie Oudea-Castera. « Nous n’avons pas le temps de dépenser de l’argent inutilement en matière de coordination. Nous aurons des surprises, parfois de mauvaises surprises et nous devrons y remédier. »

Elle a ajouté que la réglementation sur les lois du travail et les droits des travailleurs ne sera pas diminuée en conséquence, les récentes préoccupations d’inflation ayant conduit à plusieurs grèves.

Le CIO rassuré

Le président Pierre-Olivier Beckers-Vieujant a déclaré que la commission de coordination Paris 2024 du Comité international olympique (CIO) était « rassurée » par sa visite de trois jours dans la capitale française et a affirmé que les préparatifs étaient « en bonne voie ». Une petite phrase habituelle lors des visites des présidents de coordination, mais ce dernier a insisté : « Nous gardons un haut niveau d’enthousiasme pour Paris 2024 avec le maintien total de la vision qui était stipulée au début de notre voyage », a-t-il déclaré.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT