French FR English EN Japanese JA

EL OUAFI Boughera (1899-1959) France / Athlétisme 🟡1

Ce petit bonhomme d’origine algérienne s’engage dans l’armée française à l’issue de son service militaire. Il combat lors de la guerre 14-18. Malgré sa constitution chétive, un de ses supérieurs note son étonnante endurance lors de courses à pied. Il l’incite à défendre son régiment lors d’une course militaire. Vite repéré, El Ouafi intègre l’équipe de France lors des Jeux de Paris 1924. Il termine 7ème du marathon.

 

Mais c’est quatre ans plus tard qu’il réalise son plus bel exploit. Il surprend tout le monde et remporte le marathon des Jeux d’Amsterdam 1928.

L’ancien ouvrier des usines Renault entre ainsi dans la légende et part pour les États-Unis où il court le cachet pour gagner dignement sa vie car la France ne lui propose rien.

À son retour des États-Unis, il est disqualifié à vie pour faits de professionnalisme.

 

La suite de sa carrière sera encore plus pitoyable. Il ouvre un café à Paris et se fait dépouiller par son associé. Il deviendra gardien de stade après le coup de main de son compatriote et également vainqueur d’un marathon olympique, Alain Mimoun.

Au début de la guerre d’Algérie, El Ouafi meurt dans la misère, abattu par une balle perdue, lors d’une fusillade dont il est témoin.

C’est le comité olympique national qui a du payer sa sépulture. Celui là même qui l’avait disqualifié de toutes compétitions en 1930.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.