Français FR English EN

AGENDA OLYMPIQUE 2020 du C.I.O

Après l’élection à la présidence du CIO en 2013 de Thomas Bach, ce dernier a déclaré qu’il souhaitait «changer le processus de candidature olympique et faire du développement durable une priorité». Le président du CIO considérait que le processus de candidature demandait trop aux villes candidates et souvent trop tôt. Il a donc engagé un programme de réforme baptisé Agenda olympique 2020. Les réformes proposées ont toutes été approuvées à l’unanimité lors de la 127ème Session du CIO à Monaco en 2014.

 

L’agenda olympique comprenait 40 propositions. La plupart sont désormais entrées en vigueur et concernent trois aspects en particulier. Le premier fait référence aux candidatures à l’organisation des Jeux. Les villes requérantes disposent d’une procédure plus souple notamment en matière de conception du projet. En revanche, celles-ci doivent impérativement prendre en compte l’héritage des Jeux. En d’autres termes, elles doivent prévoir ce que les Jeux apporteront au territoire et à sa population.

 

L’autre aspect concerne le programme olympique. Là encore, le mot souplesse est le maître mot. L’approche doit concerner «les épreuves plutôt que les sports pour ce qui est de la composition du programme». En d’autres termes, les Fédérations Internationales (FI) ont toute latitude pour proposer de nouvelles disciplines à la condition qu’elles remplacent d’autres épreuves moins spectaculaires et pour tout dire, moins médiatiques. En revanche, il n’est pas question d’ajouter des participants supplémentaires à la faveur de nouvelles disciplines, le nombre d’athlètes reste limité à 10.500 participants.

 

Enfin, le troisième point de l’Agenda olympique 2020 concernait la création d’une chaîne de télévision dédiée à olympisme afin de promouvoir notamment des sports qui manquent de visibilité. Olympic Channel existe depuis les Jeux de Rio 2016.

Un bilan largement positif

A l’heure du bilan en 2020, conscient d’avoir tenu ses principaux objectifs, le président Thomas Bach a annoncé sa candidature à un nouvel et dernier mandat de quatre ans renouvelable au printemps 2021. Il pourra continuer de s’attaquer à son souhait de davantage de parité au sein du mouvement sportif international.

En effet, si lors des Jeux de Paris 2024, les athlètes hommes et femmes seront à parité, il n’en est pas de même s’agissant de l’institution. Certes, il y a aujourd’hui un tiers de femmes au sein du CIO contre 1/5ème à son arrivée, mais les fédérations internationales (FI) continuent de se faire tirer l’oreille. Sur la quarantaine de sports olympiques, seules deux disciplines, le triathlon et le golf sont dirigées par des femmes.

Le projet pour les 5 ans à venir

La nouvelle feuille de route du CIO

 

Français FR English EN