Français FR English EN Italiano IT

LES JEUX OLYMPIQUES MODERNES

Les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne ont été créés à Athènes 1896 et se sont perpétués, depuis, tous les quatre ans. Il y a quelques exceptions à la règle toutefois, puisqu’ils n’ont pas été célébrés en 1916, en raison du premier conflit mondial, ainsi qu’en 1940 et 1944, cette fois en raison du deuxième conflit mondial. Autre particularité, les Jeux de Tokyo 2020 ont été repoussé d’un an en raison de la pandémie de Covid-19 qui sévissait dans le monde en 2020.

 

Quant aux Jeux d’hiver, ils ont été créés en 1924. C’est la ville Française de Chamonix qui les organisent. Depuis, tous les quatre ans, une ville ou une station de sports d’hiver les accueille. Comme les Jeux d’été, les Jeux d’hiver n’ont pas été célébrés pendant le deuxième conflit mondial. Enfin, il est à noter que depuis 1992, les Jeux d’hiver se déroulent deux ans après la célébration des Jeux d’été.

Amateurs et professionnels

Au début et jusque dans les années quatre-vingt, le CIO n’a admis que les athlètes amateurs aux Jeux. C’est Juan Antonio Samaranch qui impose la révolution après les Jeux de Moscou 1980 en invitant les sportifs professionnels à y participer. Dès lors les plus grands champions de la planète vont venir y faire des exploits ou de la simple figuration et ainsi donner aux Jeux, l’importance qui est la leurs aujourd’hui. C’est la plus grande représentation du sport mondial.

 

Parmi les champions qui se sont illustrés aux Jeux, le plus grand d’entre eux restera pour longtemps le nageur Américain Michael Phelps qui va gagner pas moins de 28 médailles dont 23 en or entre 2004 et 2016.

Des règles d’organisation fortement changées

Afin de rappeler la tradition antique, c’étaient des villes et non pas des pays qui organisaient les Jeux d’hiver et d’été. Elles étaient désignées sept ans avant la tenue effective des Jeux afin d’avoir le temps de s’y préparer.

Il faut dire qu’organiser les Jeux est une très vaste organisation qui coûte cher. Ces dernières années, le gigantisme a souvent prévalu.

Afin de permettre à toutes les grandes villes du monde de pouvoir organiser les Jeux, l’ancien président du CIO, Jacques Rogge entendait combattre ce gigantisme. Il souhaitait que les villes construisent des installations provisoires et surtout il entendait limiter le nombre de sports et de participants aux Jeux. Les Jeux de Pékin 2008 ou de Londres 2012, organisés sous sa présidence, ne sont pas nécessairement allés dans ce sens.

 

Toutefois, l’arrivée de Thomas Bach à la présidence en 2013 va quelques peu bouleverser tous ces principes. Il prône la souplesse en matière d’organisation afin de limiter les coûts et favoriser l’héritage des Jeux pour les populations locales. C’est ainsi que les règles ont fortement évoluées avec la mise en œuvre de l’agenda olympique 2020.

Il est ainsi possible d’afficher des candidatures communes de villes comme pour les Jeux d’hiver de Milan-Cortina d’Ampezzo 2026, de régions comme la Province de Gangwon en Corée du sud pour les Jeux olympiques de la jeunesse 2024, voire de villes issues de deux pays, si des états voisins le souhaitent.

 

De même la désignation d’une ville ou région peut intervenir bien avant les sept années d’autrefois. Ainsi, Los Angeles 2028 a été désignée onze ans avant d’accueillir les Jeux. Il pourrait en être de même s’agissant de Brisbane en 2032.

 

 

 

 

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT