RÉSEAUX OU MÉDIAS SOCIAUX / Médias-Culture

Aujourd’hui, grâce aux smartphones principalement, mais aussi les tablettes et les ordinateurs portables, les Jeux olympiques peuvent être accessibles partout et tout le temps. De fait, les réseaux sociaux ou médias sociaux qui occupent aujourd’hui une grande partie de l’activité sur Internet des jeunes générations ne sont pas absents d’un événement aussi important que les Jeux.

 

Ainsi le Comité International Olympique (CIO) a t-il invité dès les Jeux de Londres 2012 et plus encore à Sotchi 2014, les athlètes à communiquer sur les réseaux sociaux pour faire vivre au public la compétition de l’intérieur. Ces derniers ne se sont pas fait prier.

 

Ainsi le CIO a analysé les activités de plus de 6000 olympiens sur Instagram, Facebook, YouTube et Twitter, les quatre principaux réseaux sociaux et il a été constaté que plusieurs millions de nouveaux amateurs ont rejoint les pages de ces réseaux pendant les Jeux.

 

Quant aux athlètes, sur les 6000 recensés pour l’analyse, ils ont procédé à 90.000 mises à jour, de quoi capter un public particulièrement friand. Des chiffres qui étaient exponentiels à l’occasion des Jeux de Rio 2016 et plus encore ceux de PyeongChang 2018.

 

Les réseaux sociaux sont également importants d’un point de vue sociologiques. Ils permettent de dessiner des tendances et surtout mesurer l’impact des Jeux auprès des jeunes populations, la cible principale aujourd’hui du CIO. C’est ainsi qu’à l’occasion des Jeux de Tokyo 2020, de nouvelles disciplines ont été intégrées au programme : le karaté, le skateboard, l’escalade, le surf, le baseball et le softball.

Dans bien des cas, ces nouveaux sports ont généré autant, voire plus de trafic sur les réseaux sociaux que les sports traditionnels.

 

AUCUN COMMENTAIRE

Désolé, les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

Verified by MonsterInsights