FrenchEnglishSpanish

INTERNET / Médias-culture

Si les journalistes spécialisés dans le net n’ont pas pu être accrédités lors des Jeux de Sydney 2000 et si ces mêmes journalistes ont pu l’être deux ans plus tard à Salt Lake City mais seulement pour y transmettre des écrits et pas d’images, la méfiance du CIO a l’égard de ce média est définitivement tombée.

 

Au départ, le Comité International Olympique (CIO) ne voulait pas mettre en concurrence ce nouveau média avec les grands networks qui payaient fort cher pour s’assurer l’exclusivité des images. Ces restrictions étaient encore d’actualités lors des Jeux de Vancouver 2010. Pourtant à Londres et plus encore à Sotchi 2014, le CIO invitait les athlètes sélectionnés, mais aussi les encadrants à filmer les Jeux de l’intérieur et les diffuser très largement sur les nouveaux réseaux sociaux, sur les blogs ou encore Internet.

 

Désormais de nouvelles règles ont été établies pour le bien de tous. L’organisation internationale considère aujourd’hui les journalistes du Net comme les égaux des journalistes de télévisions, de la presse écrite ou de la radio. D’ailleurs ce sont parfois les mêmes puisque la plupart des médias se considèrent comme globaux et les journalistes sont devenus multisupports.

 

Créé dans les années cinquante par le département de la défense Américaine sous le nom d’Arpanet, Internet est aujourd’hui un formidable outil de communication qui compte plusieurs milliards d’abonnés dans le monde. Il permet grâce à un ordinateur ou d’autres outils de communication comme les tablettes ou les smartphones de pouvoir se connecter de tous les endroits de la planète à n’importe quel autre poste également connecté.

 

Notons qu’à l’occasion des Jeux de Pékin 2008, pour la première fois, le Comité d’organisation (COJO) a mis en place un système de diffusion des Jeux sur certaines plates-formes de partage comme YouTube par exemple afin de diffuser des images, parfois en exclusivité, de certaines compétitions dans 77 pays qui ne retransmettent pas les Jeux.

Ce partenariat a également permis de lutter contre la diffusion, sur ces mêmes plates-formes, d’images piratées et obtenues sans accord.

close
Envie de recevoir nos articles par email ?

Inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.