French FR English EN Japanese JA Spanish ES

GUERRE FROIDE – Politique

La guerre froide a été une période de tensions géopolitiques entre l’Union soviétique et ses États satellites « le bloc de l’Est » et les États-Unis avec ses alliés du « bloc de l’Ouest » après la Seconde Guerre mondiale. Les historiens font débuter cette période de fortes tensions en 1946 lorsqu’un diplomate américain demande à renforcer une politique étrangère américaine de nature à endiguer l’expansionnisme soviétique dans des régions stratégiques. Ce sont les révolutions de 1989 et l’effondrement de l’URSS en 1991, qui mettront fin au communisme en Europe de l’Est et de fait, à la « guerre froide ».

Pendant cette période, les deux parties ont soutenu des conflits régionaux sans jamais s’opposer directement. Aux Jeux olympiques, cette période de guerre froide s’est fortement ressentie dès l’arrivée des soviétiques aux Jeux à Helsinki 1952. Il s’agissait pour eux comme pour les autres pays du bloc de l’Est, d’obtenir des résultats sportifs supérieurs à ceux des américains, voire du reste du monde occidental afin de démontrer leur supériorité physique. Les Jeux olympiques devenaient une des arènes du combat idéologique.

Au départ, le sport était mal considéré en URSS. Pour les dirigeants, il s’agissait d’une pratique bourgeoise et capitaliste. Mais rapidement, avec les Jeux olympiques, les soviétiques ont compris que le sport pouvait être un outil de politique intérieure destiné à lutter contre l’alcoolisme par exemple, mais aussi extérieure, le sport devenant un vecteur de puissance. Une victoire sur la piste ou sur le terrain était vue comme une preuve de la suprématie d’un régime sur l’autre.

La machine de propagande fut extrêmement bien développée des deux côtés. Plusieurs épisodes de cette guerre larvée sont restés célèbres. Le premier lorsque aux Jeux de Melbourne 1956, plusieurs dizaines de sportifs hongrois s’échappent et demandent l’asile à l’ambassade américaine après l’échec de la rébellion hongroise matée par l’Armée Rouge dans les rues de Budapest. De son côté, dès 1956, l’URSS est en tête du tableau des médailles avec 37 en or contre 32 aux américains. Sept fois sur neuf pendant ses apparitions aux Jeux olympiques jusqu’en 1988, l’Union soviétique a remporté le classement des médailles. Les deux autres fois, elle finit deuxième derrière les États-Unis.

Il faut dire que les soviétiques ont mis en place des machines à champions contrôlées par le régime et les scientifiques. Cela vaut pour l’URSS et ses états satellites. Ainsi afin d’obtenir à son tour des résultats tout aussi comparables et de fait, marginaliser les résultats de l’Allemagne de l’Ouest, son allié Allemand du bloc de l’est, la RDA va mettre en place dans les années soixante-dix, un système de dopage d’état généralisé. Tous les sportifs sont pris en charge par leurs entraineurs et les médecins fédéraux. Ils administrent des produits aux sportifs tout en leur cachant la véritable finalité. On leur indique que les produits administrés servent à la récupération.

Enfin viendra le temps des boycotts, les plus importants étant ceux de 1980 et 1984 après que l’Armée soviétique soit intervenue en Afghanistan pour mater une crise de régime. A Moscou 1980, les États-Unis ont orchestré une mobilisation générale pour protester contre cette invasion. Tous les pays sont appelés à boycotter ces Jeux. Au final, seules 80 nations sont représentées, ce qui constitue le plus faible chiffre depuis 1956.

L’URSS veut rendre la monnaie de la pièce aux américains et boycotte à son tour les Jeux de Los Angeles 1984. Seuls douze pays communistes suivront l’exemple de l’URSS. Car dans le même temps, les Américains envoient leurs diplomates convaincre plusieurs pays de ne pas s’aligner sur la décision des soviétiques. Des vols charters seront même organisés pour proposer un transport gratuit aux sportifs des pays africains. Les Américains obtiennent ce qu’ils souhaitaient : marginaliser les pays communistes.

Avec la disparition de l’URSS en 1991 et l’éclatement du bloc de l’Est, on devine aisément qui a finalement gagné la guerre froide, même si le bloc de l’Est a gagné de nombreuses batailles à commencer par celle des Jeux olympiques.

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous à notre newsletter !