Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

Jeux olympiques HELSINKI 1952 – Finlande

La capitale finlandaise aurait pu organiser les Jeux de 1940 s’ils avaient pu se tenir. Suppléante à l’époque de Tokyo qui perd l’organisation en raison de sa volonté expansionniste et son conflit avec la Mandchourie, la Finlande propose d’organiser les 12e Jeux olympiques. L’invasion soviétique sur le sol finlandais scelle le destin de cette candidature et des Jeux.

Affiche Helsinki 1952

Toutefois, la capitale finlandaise obtient finalement de mettre sur pied les Jeux de 1952. Elle est depuis cette époque, la plus petite ville à avoir accueilli les Jeux alors qu’elle était en concurrence avec les villes Américaines de Détroit, Minneapolis, Los Angeles, Chicago et Philadelphie, mais également Athènes, Lausanne, Stockholm et Amsterdam.

Pour l’occasion, les Russes participent pour la première fois au mouvement et aux épreuves olympiques. Pourtant, ils provoquent bien avant les Jeux, un incident diplomatique regrettable. La puissance s’oppose en effet à ce que flamme olympique traverse son territoire. Sur place, les Soviétiques feront bande à part et seront logés dans un village olympique spécifique aux côtés de leurs alliés bulgares, hongrois, polonais, roumains et tchèques.

De leur côté, l’Allemagne et le Japon sont de nouveau autorisés à réintégrer le mouvement olympique, mais l’Allemagne alors divisée doit se résoudre à fondre ses deux équipes sous les mêmes couleurs. Autre nation nouvelle, Israël qui n’avait pas pu participer aux Jeux de 1948 en raison de son conflit avec la Palestine. Taïwan enfin décide de rentrer à la maison après que le CIO ait autorisé la République populaire de Chine à participer aux Jeux. En fait les chinois n’enverront qu’un seul athlète et ne reviendront plus dans le giron olympique avant 1984.

Ses Jeux révèlent le coureur à pied tchèque Emil Zatopek qui brille sur longues distances. Mais c’est la gymnaste soviétique Maria Gorokhovskaia avec 2 médailles d’or et 5 médailles d’argent qui est la véritable reine des Jeux. Son compatriote Viktor Tchoukarine avec 6 médailles dont 4 en or est tout aussi impressionnant.

15 COMMENTAIRES