Français FR English EN Italiano IT

La Corée du sud relance les nord-coréens

Une proposition visant à promouvoir l’organisation conjointe des Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Gangwon 2024 avec la Corée du Nord a été soumise à l’Assemblée nationale sud-coréenne.

 

La proposition promeut la possibilité que le gouvernement sud-coréen organise conjointement les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) d’hiver avec la Corée du Nord. Selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, elle émane de Lim Oh-kyung, un homme politique du Parti démocrate au pouvoir. 126 représentants de cette formation ont donné leur accord pour sa soumission.

 

A l’origine c’est le gouverneur de Gangwon, la région organisatrice des JOJ 2024, Choi Moon-soon qui le premier a préconisé co-organiser les Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver avec les nord-coréens depuis le lancement de la candidature.  Cette proposition est pour l’instant restée à l’état de projet.

Pourtant la station de ski de Masikryong près de Wonsan en Corée du Nord (photo) a souvent été citée comme hôte potentiel du ski à Gangwon 2024.

Il faut préciser que la frontière nord de Gangwon est la ligne de démarcation militaire qui la sépare de la province de Kangwŏn en Corée du Nord. Avant la division de la Corée en 1945, les deux régions formaient une seule province.

Un espoir contrarié ?

Cependant, les espoirs de co-organiser les Jeux Olympiques de la Jeunesse – qui étaient déjà très minces – ont été ébranlés par la suspension du Comité olympique de la République populaire démocratique de Corée par le Comité international olympique (CIO).

La Corée du Nord était le seul Comité national olympique (CNO) non représenté à Tokyo 2020 après avoir annoncé en avril dernier qu’il retirait son équipe en raison des inquiétudes suscitées par la pandémie de COVID-19. Une décision contraire à la Charte olympique qui a entrainé sa suspension jusqu’à fin 2022. Les athlètes nord-coréens qui devraient participer aux Jeux d’hiver de Pékin 2022 ne pourront le faire que sous bannière olympique.

 

C’est là un pas en arrière après que les équipes olympiques nord-coréenne et sud-coréenne aient participé à la cérémonie d’ouverture de PyeongChang 2018 sous le drapeau de l’unification coréenne (photo). Le CIO avait alors applaudi à ce rapprochement.

 

Toutefois, la proposition pour que Gangwon 2024 soit utilisé pour améliorer et promouvoir les relations intercoréennes semble de nature à relancer le processus diplomatique entre les deux Corées. Le CIO ne pourra que l’encourager.

Prochains JOJ avant Paris 2024

Gangwon 2024 sera la quatrième édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver. Plusieurs sites des Jeux d’hiver de PyeongChang 2018 devraient être utilisés. Les dates provisoires des Jeux sont prévues du 19 janvier au 2 février 2024.

Il s’agira de la prochaine édition des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) après le report des JOJ de Dakar 2022 à 2026.

 


ACTUALITÉS OLYMPIQUES EN BREF


Pas de cyberattaque à Tokyo 2020

Le gouvernement japonais a déclaré qu’il n’y avait aucun signe de cyberattaque pendant les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020.

 

Avant les Jeux, plusieurs signes d’attaques potentielles avaient été décelées. C’est ainsi que les noms d’utilisateur et les mots de passe des détenteurs de billets et des bénévoles de l’événement ont été divulgués en ligne. Un responsable du gouvernement japonais a déclaré que la violation de données n’était « pas importante ». En avril 2020, un incident de piratage a touché le Comité olympique japonais, l’obligeant à remplacer environ 60 ordinateurs et serveurs infectés par des virus ransomware.

 


L’aviron de mer bientôt au programme olympique

L’aviron de mer devrait faire ses débuts olympiques aux Jeux de Los Angeles 2028 à la place des courses d’aviron poids légers. C’est le président de World Rowing, également membre du CIO, le Français Jean-Claude Rolland qui le dit.

 

Le CIO avait refusé cette proposition pour Paris 2024. Il a délivré désormais des « commentaires très positifs » sur cette discipline de la part du directeur sportif du Comité international olympique (CIO), Kit McConnell.

L’aviron de mer ou aviron côtier pourrait maintenir l’égalité des sexes dans le programme tout en étant apte à partager les installations avec le site de voile olympique.

 


Le pays hôte pourrait être absent du tournoi olympique

La Chine, pays-hôte des Jeux olympiques d’hiver pourrait ne pas participer au tournoi olympique de hockey sur glace de Pékin 2022. Son équipe nationale est actuellement trop faible pour tenir tête aux autres nations qualifiées. Il y a 12 places et la Chine est actuellement au 32ème rang mondial.

 

Le nouveau président de la Fédération international de hockey, le français Luc Tardif estime que ce ne serait pas bon pour l’image de son sport de voir cette équipe battue sur des scores trop importants. Les Chinois devront en passer par des matchs test face à des équipes allemandes pour évaluer leur niveau. S’il n’est pas suffisamment bon, la Norvège, équipe la mieux classée parmi les recalés, prendrait sa place.

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT