Français FR English EN

Corée du Nord, Afghanistan : Le CIO marque sa différence

La Corée du Nord ne pourra pas participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2022. Le Comité international olympique (CIO) a suspendu le Comité national olympique du pays à la suite de son renoncement à participer aux Jeux de Tokyo 2020. Dans le même temps, les athlètes afghans ont été mis en sécurité, affirme le CIO.

 

Thomas Bach a déclaré que le CNO de la République populaire de Corée avait enfreint la Charte olympique en « ne remplissant pas son obligation » d’envoyer des athlètes aux Jeux dans la capitale japonaise. Le CIO a précisé que les assurances pour la tenue de « Jeux sûrs » à Tokyo et sur la fourniture de vaccins aux athlètes nord-coréens étaient « systématiquement rejetées par le pays« .

 

Les mesures imposées au Comité olympique de la République populaire démocratique de Corée (PRK CNO) dureront jusqu’à la fin de 2022, bien que Thomas Bach, ait déclaré que la commission exécutive « se réserve le droit de reconsidérer la durée de la suspension à sa discrétion ».
Le CIO a par ailleurs ouvert la porte aux athlètes nord-coréens pouvant participer à Pékin 2022, mais ils devront y participer sous le drapeau olympique et non en tant que représentant de la nation recluse.

I Le CIO a également confirmé que le CNO de PRK n’aura droit à aucun soutien financier en raison de sa décision de ne pas aligner d’équipe à Tokyo 2020.

 

La participation de la Corée du Nord à Tokyo 2020 devait être utilisée comme une occasion de dialogue avec la Corée du Sud et d’autres pays, dont le Japon et les États-Unis.

 

On le voit on est très loin des préparatifs des Jeux Olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang, où le CIO a fait un effort concerté pour s’assurer que la Corée du Nord et la Corée du Sud alignerait une équipe commune de hockey sur glace et avait défilé ensemble lors de la cérémonie d’ouverture. Thomas Bach s’était rendu à Pyongyang pour rencontrer le chef suprême de la Corée du Nord Kim Jong-un (photo).


Les athlètes afghans exfiltrés de leur pays

Le Comité international olympique (CIO) a salué la réponse de la communauté olympique à la crise en Afghanistan. Thomas Bach dans son point presse après la commission exécutive a précisé qu’une centaine de personnes a obtenu des visas humanitaires pour quitter le pays.

 

Un accent particulier a été mis sur les femmes et les filles, ainsi que sur d’autres personnes considérées comme étant à risque. Tous les membres de l’équipe d’Afghanistan présents à Tokyo 2020 restent à l’extérieur du pays, ainsi que deux athlètes s’entraînant pour les Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022.

« À l’avenir, nous étendrons les bourses à tous les participants afghans des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 afin qu’ils puissent continuer à s’entraîner » a précisé le président du CIO.

 

Cet engagement prend tout son sens après la déclaration d’un responsable taliban, Ahmadullah Wasiq qui considère que le sport féminin n’est ni « approprié ni nécessaire ».

Le retour des talibans au pouvoir continue de susciter de nombreuses inquiétudes quant à la liberté et à la sécurité des athlètes.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN