Français FR English EN

VAN DEN HOOGENBAND Pieter (1978) Pays-Bas / Natation (3 – 2 – 2)

« Hoogie » voulait enfant pratiquer le football, le hockey sur gazon, le judo mais surtout pas la natation. C’est sa mère, une ancienne nageuse qui l’a poussée de force dans un bassin. Lors des Jeux de Sydney 2000 les spécialistes avaient prévenu, il n’y en aurait que pour le nageur australien Ian Thorpe. Thorpe a brillé en remportant 3 médailles d’or et une d’argent. Mais personne n’accordait suffisamment d’importance au Hollandais Pieter Van Den Hoogenband et c’était un tort.

Déjà vainqueur d’Alexander Popov, le meilleur nageur de sa génération, lors des derniers championnats d’Europe, le Hollandais s’est fait un devoir de rééditer cet exploit dans le bassin olympique de Sydney sur 100 m nage libre. Mais c’est sur 200 m nage libre, que « VDH », son autre surnom parvient à faire la Une de tous les journaux. Il bat le nouveau roi des bassins, Ian Thorpe, et démontre qu’il est de ceux qui font tomber les légendes. Le Néerlandais complète son palmarès avec deux médailles de bronze sur 50 m nage libre et en relais.

À Athènes, quatre ans plus tard, l’étudiant en médecine démontre qu’il est toujours le nageur plus rapide de la planète. Il conserve son titre du 100 m à l’issue d’une finale de haute volée dans laquelle, pour la première fois aux Jeux, aucun Américain n’est convié.

Il achève sa carrière à Pékin 2008, battu par le Français Alain Bernard sur 100 m. Cinquième de la finale, il dit laisser la place à la nouvelle génération. Dans la foulée, il écrit au président du CIO de l’époque, Jacques Rogge pour dire son dégout de voir la finale disputée un matin pour satisfaire le network américain NBC, qui détient l’exclusivité des droits.

Français FR English EN