Français FR English EN Italiano IT

La Flamme olympique est à Pékin

La flamme olympique a été transmise aux organisateurs des Jeux de Pékin 2022 lors d’une cérémonie de remise très discrète au sein du stade Panathénaïque d’Athènes.

 

La cérémonie s’est tenu dans un cadre de sécurité stricte après les manifestations des associations des droits de l’homme lors de son allumage dans l’ancienne Olympie.

Les observateurs sur place ont pu remarquer une très grande présence policière dans la zone devant le stade Panathénaïque. Les invités ont dû passer des contrôles de sécurité magnétiques de type aéroportuaire. Par ailleurs, les précautions liées au COVID-19 ont également incité à la décision de tenir la manifestation sans spectateurs.

 

C’est au président du Comité olympique hellénique Spyros Capralos qu’est revenu l’honneur de transmettre le flambeau à Yu Zaiqing (photo).

 

Le vice-président du comité d’organisation a reçu la Flamme dans une lanterne de sécurité. Pour lui, son pays a fait beaucoup de progrès s’agissant de la culture olympique depuis les Jeux de Pékin 2008. « Au cours des 13 dernières années, les efforts de la Chine pour promouvoir l’esprit olympique, la culture olympique et la connaissance olympique n’ont jamais cessé », a déclaré Yu, s’exprimant en chinois. Pékin 2022 s’est engagé à adopter une approche verte, inclusive, ouverte et propre pour préparer et accueillir les Jeux« , a t-il conclu.

Un relais de la flamme réduit au maximum

Dans la journée de mercredi, la flamme olympique est arrivé sur le sol chinois. Les organisateurs ont profité de l’occasion pour annoncer que le relais serait réduit à sa plus simple expression. Afin de préserver « la santé et la sécurité du public » au milieu des préoccupations liées au coronavirus, le relais durera 4 jours entre le 1er et le 4 février pour l’ouverture des Jeux.

1200 porteurs participeront pendant les 4 jours du relais, entre les sites olympiques de Pékin, Yanqing et Zhangjiakou. On est loin du relais de Pékin 2008 qui avait duré 3 mois et permis à la flamme de franchir le sommet de l’Everest.

Il ne s’agit pas du relais le plus court de l’histoire des Jeux. En effet, lors des Jeux d’hiver d’Oslo 1952, le relais n’avait duré que 2 jours.

L’obsession du risque zéro

Avant le début du relais, la flamme sera exposé à la Tour olympique de Pékin avant une tournée exposition dans tout le pays, mais sur un mode virtuel. On ne sait pas précisément ce que cela recouvre. Il pourrait s’agir d’une sorte de voyage en réalité virtuelle. Une chose elle est certaine, les conditions d’accueil aux Jeux sont encore plus draconiennes que lors des Jeux de Tokyo 2020.

 

Les chinois semblent arc-bouté sur l’idée d’un risque zéro pendant toute la durée des préparatifs jusqu’aux Jeux eux-mêmes. Les athlètes présents risquent de connaître la bulle sanitaire la plus hermétique qui soit. D’ailleurs on se s’y trompe pas, la pression sur l’ensemble des délégations doit être forte puisqu’après les États-Unis, l’autre forte délégation, celle du Canada a prévenu. Tous les athlètes, entraîneurs et officiels se rendant aux Jeux olympiques d’hiver de Beijing 2022 devront être vaccinés contre la COVID-19.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights