Français FR English EN Italiano IT

Mission réussie pour les manifestants anti-Pékin 2022

Le CIO avait hier fait savoir qu’il ne craignait pas les manifestations d’opposants aux Jeux olympiques de Pékin 2022. L’absence de spectateurs sur le site antique d’Olympie et la seule présence d’officiels et de journalistes pouvait le laisser penser. Pourtant, des militants des droits de l’homme ont réussi à franchir les barrières de sécurité.

 

Tout à commencer tôt ce matin. Quatre manifestants ont été  arrêtés à l’extérieur du site d’Olympie. Ils brandissaient le drapeau tibétain.

 

On croyait la menace écartée, mais vers midi, un autre petit groupe est entré sur le site archéologique et a déployé un drapeau tibétain. Ils criaient des slogans qui ont été entendus lors de la retransmission télévisée de l’événement en direct. Toutefois les caméras de télévision ne les ont pas montré à l’écran.

 

Ils ont également déployé des banderoles avec le message « No genocide games » – Non aux Jeux du génocide (photo). C’était en référence à la politique du gouvernement chinois envers les musulmans ouïghours et d’autres minorités dont les tibétains. Ils ont été rapidement interpellés par la police.

 

Les 3 militants appartiennent au groupe Free Tibet, basé à Londres. Il s’agit de la Tibéto-canadienne Chemi Lhama, de l’Américaine Fern MacDougal et du Britannique Jason Leith. Ils doivent comparaitre devant un tribunal de Pyrghos, la ville principale de l’Élide dans la journée de mardi.

 

On précise qu’hier, deux militants des droits de l’homme ont manifesté hier à Athènes et ont été arrêtés. Ils avaient déployé un drapeau tibétain et accroché une banderole portant l’inscription « Free Hong Kong – Revolution » sur l’Acropole.

Le CIO droit dans ses bottes

La cérémonie dans l’ancienne Olympie s’est malgré tout déroulée comme prévu, malgré les perturbations. La flamme olympique de Pékin 2022 est ensuite partie pour Athènes. La cérémonie a été organisée sous les auspices du Comité olympique hellénique. « Bien que le HOC respecte les droits individuels à la liberté d’expression, il est décevant que cet événement culturel traditionnel ait été utilisé par quelques individus à d’autres fins », indique un communiqué.

 

Malgré le risque de manifestations aujourd’hui, le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, avait déclaré plus tôt lors de la cérémonie : « Dans notre monde fragile, où la division, les conflits et la méfiance sont en hausse, les Jeux Olympiques construisent toujours des ponts. Ils n’érigent jamais de murs. »

 

Bach venait de signer un document appelant à une trêve olympique la veille au soir à Olympie. Ce principe du cessez-le-feu au moment des Jeux existe depuis le 8ème siècle avant J-C. Il était institué entre les villes grecques afin de permettre à tous ceux qui voulaient se rendre à Olympie, à le faire en toute sécurité.

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights