Français FR English EN Italiano IT

KARPATI György (1935 – 2020) Hongrie / Water-polo 🟡3 🟠1

Pendant douze ans, György Karpati sera au cœur de la fabuleuse aventure du water-polo hongrois. En compagnie notamment de Dezso Gyarmati, il sera trois fois champion olympique à Helsinki 1952, à Melbourne 1956 et en Tokyo 1964, chaque fois aux dépens de la Yougoslavie.

 

La Hongrie ne concédera qu’une défaite pendant ces douze années, à Rome 1960 où elle doit se contenter de la troisième place. Une rencontre à laquelle Karpati n’a d’ailleurs pas participé.

 

Kárpáti est né en 1935 à Budapest. Il n’avait même pas 10 ans lorsque le jeune garçon juif fut parqué avec sa mère dans le ghetto de Budapest. A 17 ans, il était le plus jeune membre de l’équipe nationale hongroise de water-polo. Malgré sa taille relativement petite, il était le moteur de l’équipe et sa capacité à marquer était remarquable.

 

Karpati est alors est devenu un héros sportif décoré par le régime communiste. En tant qu’entraîneur et officiel de la Fédération hongroise de water-polo, il a joué un rôle de premier plan. Après l’effondrement du régime communiste, il a été révélé que Kárpáti était également un informateur de la police secrète communiste. Entre 1962 et 1987, il a rendu compte de ses coéquipiers et d’autres officiels de water-polo.

Une équipe de légende

Karpati à l’extrême droite

Autour de Gyarmati et Karpati, d’autres légendes du water-polo hongrois comme Kalman Markovits (1931 – 2009) qui sera de l’aventure entre 1952 et 1960 pour le gain de deux médailles d’or avant de devenir le sélectionneur de l’équipe championne olympique à Mexico 1968.

 

Citons encore Laszlo Jeney (1923 – 2006) qui faisait partie des sportifs hongrois qui ne sont pas rentrés au pays après le soulèvement de 1956 avant finalement de revenir et retrouver sa place dans les buts hongrois.

 

Antal Bolvari (1932 – 2019) en fera de même, mais restera cinq ans en exil en Australie avant de rentrer et devenir plus tard entraineur.

En revanche, Miklos Martin (1931 – 2019) qui avait marqué cinq buts lors de la fameuse rencontre « Blood in the Water » contre l’Union soviétique est parti aux États-Unis immédiatement après les Jeux et il n’est jamais revenu.

 

Parmi les autres joueurs ayant contribué à la conquête de cet édifiant palmarès olympique citons encore : Miklos Ambrus, Andras Bodnar, Otto Boros, Zoltan Dömötör, Laszlo Felkai, Tivadar Kanizsa, Janos Konrad, Mihaly Mayer, Denes Pocsik et Peter Rusoran.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT