Français FR English EN Italiano IT

Des Jeux olympiques bien encombrants !

À trois reprises, la célèbre Exposition universelle se déroule dans le même pays que celui qui organise les Jeux. Pour les organisateurs des Jeux qui sont aussi ceux de l’Exposition Universelle, ces olympiades sont bien encombrantes. Ce sera particulièrement le cas à Paris 1900 où le grand public a bien plus d’intérêt pour la manifestation internationale que pour les Jeux eux-mêmes.

 

Les mondains chargés d’organiser les deux manifestations banalisent l’événement sportif, voire invente des disciplines rocambolesques (comme le tir au canon par exemple) au point que ces Olympiques dureront plus de cinq mois. Nombre d’athlètes quitteront Paris sans savoir qu’ils venaient de participer aux deuxièmes Jeux olympiques de l’ère moderne.

 

Pierre de Coubertin qui s’était fié à ces personnalités mesurera très vite son erreur. Il aurait dû « mettre les mains dans le cambouis ». Heureusement, un certain Henri Desgranges, futur fondateur du Tour de France sauvera l’essentiel grâce à son journal « l’Auto » qui fera un peu plus cas des épreuves sportives.

Rebelote 4 ans plus tard

Il en sera de même quatre ans plus tard à Saint-Louis dans le Missouri à la demande du président Théodore Roosevelt. Pourtant le Comité international Olympique (CIO) avait choisit d’organiser les Jeux à Chicago. Toutefois à Saint-Louis les épreuves sportives seront réellement mises en valeur. Elles n’auront qu’un défaut, celui de rassembler 90% d’américains et quelques rares européens.

 

Enfin à Barcelone 1992, les Jeux ne souffriront pas de la concurrence de l’Exposition universelle de Séville (photo), les deux événements ne se déroulant pas aux mêmes dates ni dans le même lieu. De plus, les deux villes espagnoles sont distantes de plusieurs centaines de kilomètres.

 

Reste que la France a sans doute retenue la leçon. Elle était candidate à l’Exposition Universelle de 2025, un an après les Jeux de Paris 2024. Considérant qu’il y avait un risque financier pour le pays, le Premier ministre de l’époque, Édouard Philippe a retiré la candidature du pays.

 

Il a laissé le champ libre aux villes de Bakou en Azerbaïdjan, Ekaterinbourg en Russie et Osaka au Japon. Finalement, ce sont les Japonais qui hériteront de la grande manifestation internationale.

Français FR English EN Italiano IT