Français FR English EN 日本語 JA

Une cérémonie « solennelle » et quoi d’autre !

Ça y est, après des mois d’incertitude, un report de 12 mois et bien des soucis à gérer en amont et pendant, les organisateurs des Jeux de Tokyo 2020 touchent au but ! Demain les Jeux débutent véritablement avec la cérémonie d’ouverture.

 

La cérémonie d’ouverture se veut « solennelle » selon la présidente du comité d’organisation, Seiko Hashimoto. Il sera question de tenter de faire oublier la pandémie de coronavirus et ses multiples conséquences. La cérémonie aura également pour devoir d’aller de l’avant pour montrer qu’après le tremblement de terre et la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, le pays a tourné la page.

 

Reste que l’espoir d’une manifestation populaire, devant un public enthousiaste, comme l’avaient espéré les autorités gouvernementales et le comité d’organisation en a pris un coup ces derniers mois. Il a fallu non seulement renoncer à un public étranger, près d’un million de visiteurs s’apprêtait à se rendre au Japon, mais également se dépouiller d’un public nippon.

Des tribunes vides

Il y a quelques jours encore, la cérémonie d’ouverture devait se tenir devant 20.000 spectateurs sur les 68.000 que compte le stade national du Japon. Aux 10.000 officiels, dignitaires, sponsors et autres personnels olympiques, s’ajoutaient 10.000 japonais.

Finalement, il ne serait plus question que de 950 personnes présente dans le stade : les représentants du CIO, les sponsors (du moins ceux qui ont accepté d’y participer), des ambassadeurs de pratiquement tous les pays représentés et une petite quinzaine de chefs d’état.

Les présidents du G7 seront absents à l’exception d’Emmanuel Macron en sa qualité de président de la république du prochain pays organisateur à Paris 2024.

 

Mais l’absent de marque le plus important sera incontestablement l’ancien premier ministre japonais Shinzo Abe. Il aurait pris cette décision en raison de l’état d’urgence imposé dans la capitale japonaise jusqu’au 22 août et les mesures anti-COVID-19.

Shinzo Abe avait fortement accompagné la candidature de Tokyo pour les Jeux en 2020. On se souvient qu’à la fin des jeux de Rio 2016, il avait fait le buzz en participant à la cérémonie de clôture déguisé en Super Mario (photo).

C’est lui qui avait pris la décision de reporter les Jeux d’un an l’an dernier. Après quoi, il avait démissionné en août en raison de problèmes de santé.

Le spectacle sur la pelouse

Finalement, le seul spectacle sera sur la pelouse du stade national, avec tous les éléments du rituel olympique. Cela commencera avec l’arrivée du drapeau olympique, il sera déployé avant que ne défilent chacune des délégations nationales. Puis viendra l’heure de la flamme olympique, dont un athlète se servira pour allumer la vasque du stade qui restera allumée jusqu’à la fin des Jeux. Viendra ensuite le discours d’ouverture, avant le serment olympique des athlètes qui jureront de s’affronter pour la gloire du sport et l’honneur de leurs équipes.

Élément nouveau, il se pourrait que les athlètes soient autorisés à manifester d’une manière ou d’une autre leur attachement à certaines valeurs. Il se murmure que pourrait être organisé un « moment de solidarité contre la discrimination ». Ainsi porter une tenue avec les mots paix, respect, solidarité, inclusion et égalité, pourrait être permis.

 

Cette cérémonie se poursuivra et s’achèvera avec la mise en scène annoncée et destinée à « aller de l’avant ».

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN 日本語 JA