Français FR English EN Italiano IT

TÉTRAHYDROCANNABINOL (THC) – Maux du sport

Derrière le nom barbare de tétrahydrocannabinol se cache un produit de grande consommation dans le monde, le cannabis. C’est à cette substance que s’est fait prendre le snowboardeur canadien Ross Rebagliati aux Jeux de Nagano 1998 lorsqu’il a remporté la toute première médaille d’or dans la discipline du slalom.

Dans un premier temps, Rebagliati a été déclassé, puis finalement le CIO lui a rendu sa médaille considérant que le cannabis n’améliorait pas la performance. Ajoutons par ailleurs qu’à l’époque, la marijuana ne figurait pas sur la liste des substances interdites.

 

Et pourtant, si on en croit Rebagliati (photo) qui aujourd’hui fait commerce du cannabis thérapeutique, les effets de la «fumette» sur les prestations sportives seraient réelles.

 

Rebagliati croit fermement que le cannabis a un effet positif sur les performances notamment dans les sports extrêmes, dans la mesure où il améliore la relaxation musculaire, réduit l’anxiété et éteint les souvenirs entraînant une amélioration des performances.

Cela améliore également le temps de sommeil et la récupération, ce qui peut favoriser les performances lorsqu’un athlète doit faire face à plusieurs compétitions sur une courte période.

 

Bref, si on se réfère aux propos du champion qui évoque également des propriétés anti-inflammatoires très puissantes, la médaille aurait dû lui être retirée.

Durcissement ou fléchissement à venir ?

Depuis, l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) a classé le THC en tant que substance interdite. Cependant, en 2013, l’AMA a modifié ses règles sur le cannabis, augmentant ainsi le seuil d’un test positif de 15 nanogrammes par millilitre à 150 ng / ml. A titre de comparaison, en 1998 à Nagano, Rebagliati avait enregistré un niveau de 17,8 ng / ml.

Ce durcissement selon l’AMA, consiste à attraper uniquement les athlètes qui fument pendant la durée d’une compétition. Les traces antérieures lors de consommation en dehors des compétitions ne sont plus punissables.

 

Reste que de nombreuses personnalités fustigent cette règle qu’ils jugent dépassée et inutile. C’est la raison pour laquelle l’AMA envisage de nouveau de réexaminer du statut du cannabis.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT