简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español

La Savoie et les Alpes cultivent l’esprit olympique

Un projet de candidature aux Jeux d’hiver en 2030 serait en train de germer en Savoie à l’initiative de la région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est le journal Le Dauphiné Libéré qui l’affirme.

 

Une réunion se serait tenue samedi dernier à Moutiers. Les maires des communes ayant accueilli les épreuves des Jeux d’hiver d’Albertville 1992 (photo ci-dessus) étaient présents. En revanche, celui qui était au cœur de l’organisation à l’époque avec Jean-Claude Killy, Michel Barnier n’y a pas participé. Mais il n’y est pas insensible et accueille le projet avec enthousiasme.

Michel Barnier est aujourd’hui engagé dans la primaires LR à l’élection présidentielle de 2022.

 

Si le projet a le mérite d’être crédible compte tenu de l’existence de tous les sites nécessaires, l’initiative paraît tardive. Plusieurs villes ont montré leur engagement pour 2030 notamment Sapporo au Japon, mais aussi Salt Lake City aux États-Unis, Barcelone-Pyrénées en Espagne, Vancouver au Canada et plus récemment l’Ukraine.
A ce stade, la présidente du comité olympique français (CNOSF), Brigitte Henriques, assure ne pas être au courant d’un projet. Interrogée sur le sujet elle dit se concentrer sur l’organisation des Jeux de Paris 2024.

 

On rappelle que la dernière candidature française pour les Jeux d’hiver remonte à 2011. A l’époque Annecy était candidate pour l’accueil des Jeux de 2018. Les hauts-savoyards avaient été largement devancés par PyeongChang. Déjà à l’époque le manque de soutien au plan national avait plombé la candidature tricolore.

 


Un nouveau dossier sur la table du G20

Alors que Rome et l’Italie s’apprête à accueillir le sommet du G20, une nouvelle revendication vient de tomber sur la table des négociations. Elle est formulée par 240 associations des droits de l’homme.

 

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre italien Mario Draghi (photo), qui accueille le sommet, la coalition demande un boycott diplomatique conjoint des Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 en raison de la situation des droits humains dans le pays hôte.

Un boycott diplomatique permettrait aux représentants des gouvernements nationaux d’être absents des Jeux tout en permettant aux athlètes d’y participer.

 

Deux membres du G20 semblent certains de s’y opposer : le premier étant le pays hôte lui-même, le deuxième étant la Russie. Les russes ont qualifié le projet de boycott diplomatique américain actuellement soumis aux représentants politique du pays de « non-sens ».


Pékin 2022 est définitivement prêt

Tous les sites destinés à accueillir les prochains Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 sont désormais tous terminés. Ils l’ont été définitivement jeudi à l’occasion des 100 jours avant les Jeux.

Ne reste plus désormais qu’à s’atteler aux structures provisoires comme les tribunes démontables, les centres de presse et les infrastructures dédiées à la crise sanitaire.

Tout sera bouclé avant la fin de l’année.

 


Le Stade national de Tokyo conserve sa piste

Selon l’agence Kyodo News, le gouvernement japonais aurait renoncé à son projet de retirer la piste d’athlétisme du Stade National pour n’en faire qu’une enceinte de football et de rugby.

 

Le Stade National devrait rester tel qu’il est actuellement. La Fédération japonaise d’athlétisme envisage même accueillir les Championnats du monde en plein air 2025.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español
Verified by MonsterInsights