Français FR English EN Italiano IT

DECUGIS Maxime (1882 – 1978) France / Tennis 🟡1 ⚪️1 🟠1

Avant que l’espagnol Rafael Nadal ne remporte Roland-Garros pour la neuvième fois en 2014, Max Décugis détenait le record de victoires aux Internationaux de France qui s’appelait encore le championnat de France. Il s’y est imposé à huit reprises consécutivement.

 

Vainqueur également de trois médailles olympiques, il est battu en finale du double aux Jeux olympiques de Paris 1900 par la paire britannique Charlotte CooperReggie Doherty mais remporte la médaille d’or du double mixte aux Jeux olympiques d’Anvers 1920 associée à Suzanne Lenglen et la médaille de bronze du double avec Pierre Albarran.

 

Enfin si les Jeux intercalés d’Athènes 1906 avaient été reconnus comme de véritables Jeux olympiques, Max Décugis compterait trois médailles d’or de plus puisqu’il s’impose en simple, en double avec Maurice Germot et en double mixte avec son épouse Marie Décugis-Flameng, la fille du célèbre peintre.

 

Un monument de la discipline

Lors des grandes compétitions internationales, Max Décugis a remporté une cinquantaine de tournois dont 32 en simple. L’interruption de la Première Guerre mondiale a empêché Décugis de poursuivre son ascension. Il a joué quelques tournois en 1919 et s’est arrêté de jouer, non sans avoir fait un dernier tournoi en 1926 à Wimbledon.

 

Pendant toutes ces années, Max Décugis vivait du tennis et des prix remportés pendant ses tournois. C’était un professionnel qui officiellement exerçait la profession de journaliste ayant créé un magazine de tennis et de golf. Après la guerre, il s’est consacré à l’élevage porcin au sein d’une importante exploitation agricole qu’il avait bâtie dans la banlieue ouest de Paris.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT