French FR English EN Japanese JA

De la confusion nait la frustration

On a souvent rapporté que les Jeux de Paris 1900 avaient été organisés par des mondains qui n’entendaient rien à l’olympisme et encore moins à l’organisation des compétitions. Ils vont le démontrer lors de l’organisation du concours de la perche qui doit se dérouler dans le bois de Boulogne, au stade de la Croix-Catelan.

Charles Dvorak (1878 – 1969), un athlète américain spécialisé dans le saut à la perche s’y présente pour participer au concours. Alors qu’il fréquentait l’Université du Michigan, sa réputation est telle qu’il était le favori du saut à la perche. Cependant, un officiel lui a signifié qu’elle était reportée au lendemain car elle ne pouvait pas se dérouler un dimanche à la demande de certains sportifs. Ces derniers estimaient que l’organisation était contraire à leur religion.  Dvorak est donc rentré au camp de base.

Finalement face à la confusion générale et une organisation très approximative, les officiels ont changé d’avis et la compétition a eu lieu.

Un autre américain, Irwin Baxter qui venait de disputer le concours de la hauteur et qui était présent, a donc disputé la perche et s’y est imposé. Prévenu au dernier moment, Dvorak n’a pas eu le temps de revenir au Bois de Boulogne et a raté la compétition.

 

Finalement une autre compétition du saut à la perche non officielle a eu lieu quelques jours plus tard et Dvorak a remporté une médaille d’argent de consolation.

 

En 1903, il établit un record du monde au saut à la perche. Finalement Dvorak a remporté la médaille d’or au saut à la perche aux Jeux olympiques de Saint-Louis 1904 (photo).

 

Il a ensuite été entraîneur de football américain, de basketball et d’athlétisme à Seattle où il est décédé à l’âge de 91 ans.

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.