Français FR English EN Italiano IT

MOSES Edwin (1955) États-Unis / Athlétisme 🟡2 🟠1

Lorsque Moses s’impose sur 400 m aux Jeux de Montréal 1976, certains considèrent que le retrait de l’Ougandais John Akii-Bua sert son destin. Les pays Africains boycottent les Jeux canadiens pour protester contre la présence de la Nouzelle-Zélande dont l’équipe de rugby est allé jouer en Afrique du Sud. A l’époque, les sud-africains sont mis au ban du mouvement sportif international en raison de sa politique d’apartheid.

 

Par la suite Edwin Moses devient intouchable et collectionne près de 150 victoires consécutives sur la distance. Moses avait une particularité qui lui permettait de distancer ses adversaires. Il s’appliquait à ne faire que 13 foulées entre chaque haie, quand ses adversaires en faisaient 15, voire changeaient de foulées entre chaque haie.

 

A Moscou en raison du boycott Américain, il est privé des Jeux, mais il reprend sa couronne à Los Angeles 1984 et démontre qu’il est l’un des plus grands champions du siècle, mais pas celui dont la mémoire est la plus infaillible.

Il est en effet choisi pour dire le serment des athlètes et oublie son texte au passage.

Humaniste et défenseur du sport international

Il participera encore aux Jeux de Séoul en 88 (photo) d’où, il ramènera une médaille de bronze. Impliqué dans la professionnalisation de l’athlétisme, Moses a joué un rôle clé dans la réforme des règles d’éligibilité internationales et olympiques.

À sa demande, un programme a été créé pour permettre aux athlètes de bénéficier d’allocations, de paiements directs provenant de fonds publics ou privés, sans compromettre leur éligibilité aux Jeux olympiques. Le concept a été ratifié en 1981 par le CIO.

 

En tant qu’administrateur sportif, Moses a également participé à l’élaboration de plusieurs politiques antidopage. En 1988, il a conçu et créé le premier programme de dépistage du dopage en dehors des compétitions. Humaniste et défenseur de la paix, Moses s’est vu décerner par l’Université du Massachusetts à Boston un doctorat honorifique pour ses efforts en vue de maintenir l’intégrité des sports olympiques et pour son utilisation en tant qu’outil de changement social positif.

Il est au Temple de la renommée de l’athlétisme mondial depuis 2012.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights