Français FR English EN Italiano IT

La Douma prépare une loi contre les décisions du TAS

La Douma d’état, le parlement russe envisage de modifier la loi russe dans le but de « protéger » les athlètes du pays et « d’assurer légalement des performances lors de compétitions nationales ou internationales ».

 

Selon l’agence de presse officielle russe TASS, la Douma vise à éliminer la « prédominance de l’arbitrage sportif international sur les lois de la Fédération de Russie ». En clair, la Russie entend ne plus reconnaitre les décisions du TAS, le Tribunal arbitral du sport.

 

Roman Teryushkov (photo), membre de la commission de la culture physique et des sports de la Douma d’État, affirme que « l’exécution obligatoire » des décisions rendues par le Tribunal arbitral du sport (TAS) est « erronée ».

C’est ainsi que cet ancien ministre des sports de l’Oblast de Moscou veut donner aux athlètes russes plus de protection sur la scène sportive internationale.

Deux fois le TAS fait mordre la poussière à la Russie

A deux reprises, le Tribunal Arbitral des sports (TAS) a pris à l’encontre des sportifs russes des décisions graves : Une première fois en 2020 en bannissant le drapeau et tous les symboles russes sur les stades pendant deux ans pour le dopage d’état organisé entre 2011 et 2015, ces derniers mois en suivant les recommandations du CIO interdisant aux sportifs russes et biélorusses de participer aux compétitions internationales.

 

Toutefois, les russes oublient que le TAS a autorisé la jeune patineuse Valieva a participer aux Jeux de Pékin 2022 en dépit d’un contrôle positif lors d’une compétition avant les Jeux.

 

Pour corriger la loi russe, Teryushkov s’appuie sur toutes ces fédérations sportives nationales de Russie qui ont fait appel au TAS dans le but d’annuler les interdictions imposées aux athlètes russes de participer à des tournois internationaux. A chaque fois, le TAS a pris une décision contraire aux intérêts russes.

 

« En 2016, malheureusement, la loi a introduit la prévalence de l’arbitrage sportif international sur les lois de la Fédération de Russie », a déclaré Teryushkov à TASS. « Pour cela, la norme doit être abolie et je préparerai un projet de loi correspondant. »

 

C’est ainsi que le député russe entend aller plus loin encore : « Je propose de reconnaître au niveau de l’État comme illégale la privation des athlètes des symboles de l’État. Reconnaître également les actions des fédérations sportives au regard du droit pénal, en utilisant le terme » outrage « , a déclaré Teryushkov.


Un don exceptionnel pour le Musée olympique

Le costume porté par les porte-drapeaux du Kazakhstan lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 fait désormais partie de la collection patrimoniale du Musée olympique de Lausanne. Ce costume, de loin, le plus beau vu lors de la cérémonie d’ouverture a été offert par une délégation du Comité National Olympique du Kazakhstan (HOK).

 

La patineuse de vitesse Yekaterina Aidova et le patineur de vitesse sur piste courte Abzal Azhgaliyev (photo) portaient ces tenues dans le Nid d’oiseau en février dernier.

La tenue d’Aidova, créée par la designer kazakhe Violetta Ivanova, a été inspirée par Tomiris – la légendaire reine asiatique. Il s’agit d’un manteau en duvet noir ajusté avec des ornements dorés ornés de pierres, de perles et de cristaux.

La coiffe « Saukele » avec un motif unique fait à la main a également été créée par des artisans kazakhs.

close

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jeudi toutes les infos olympiques de la semaine

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT