FrenchEnglishSpanish

FREEMAN Cathy (1974) Australie / Athlétisme (1 – 1 – 0)

On attendait l’image de Cathy Freeman enrubannée dans son drapeau aborigène après sa victoire dans le 400 m, on retiendra l’image de la jolie jeune femme dans une combinaison blanche après avoir allumé la vasque de l’Olympic Stadium de Sydney. L’athlète avait bien caché son jeu en ne faisant pas savoir qu’elle avait été désignée pour ce rituel olympique. De fait, le monde fut conquis par ce petit bout de femme au milieu du cercle de feu qui semblait s’élever dans le ciel. En une poignée de minutes, elle venait de réconcilier sa communauté aborigène avec l’Australie tutélaire, elle venait de lui offrir la reconnaissance universelle. Mais Cathy Freeman est aussi une brillante athlète. Deuxième du 400 m des Jeux d’Atlanta derrière Marie José Pérec, elle n’a aucune difficulté à s’imposer à Sydney 2000 devant « son » public. La Française avait choisi d’éviter l’affrontement et avait disparu deux jours avant l’épreuve.

Deux fois championne du monde du tour de piste en 1997 et 1999, l’Australienne avait déjà démontré l’étendue de ses possibilités. Pour ses remarquables performances sportives mais aussi pour les éminents services qu’elle a rendus à la cause olympique et pour sa contribution au développement du sport, Cathy Freeman qui s’est retirée de la compétition a reçu l’Ordre Olympique.

Cathy Freeman est désormais membre du club des Champions de la Paix, un collectif de 54 athlètes de haut niveau créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco et œuvrant pour la construction d’une paix durable grâce au sport.

close
Envie de recevoir nos articles par email ?

Inscrivez-vous à notre newsletter !