Français FR English EN 日本語 JA

Face au pessimisme sur la tenue des Jeux, Suga tient bon !

Même si aujourd’hui une majorité de japonais sont défavorables à la tenue des Jeux, le Premier ministre Yoshihide Suga entend garder le cap. Il vient de le redire en privé « Nous allons les faire ». Une position courageuse face aux vents contraires qui soufflent tout autour de lui.

 

La semaine dernière, Yoshihide Suga a semblé donner des signes de fléchissement se défendant de prioriser les Jeux olympiques à la santé publique. Le Premier ministre venait de prolonger l’état d’urgence dans six préfectures jusque à la fin du mois. Des mesures interprétées comme des moyens de garantir coûte que coûte les Jeux, cet été. Or, les japonais sont fatigués des mesures prises pour tenter d’enrayer la crise sanitaire.

 

Mais si les japonais sont fatigués des mesures de restriction, il faut dire que l’ensemble des institutions y mettent également du leur. Il n’y a pas un jour, sans que des politiques, des corps constitués viennent remettre en question la réalisation des Jeux cet été, à moins de 10 semaines de l’événement.

De lourds nuages noirs

Chaque jour, les médias japonais font le décompte des contaminations dans le pays. Elles semblent peu importantes (7000 en moyenne chaque jour), si on compare avec d’autres pays dans le monde, bien moins peuplé. On dénombre actuellement 1000 contaminations quotidiennes à Tokyo qui compte 40 millions d’habitants. C’est peu, certes, mais les observateurs font remarquer que c’est 400 de plus que la semaine dernière.

Par dessus tout, la vaccination des populations est très lente. Jusque là, moins de 5% des japonais y ont eu accès.

 

Avec ces vents contraires, les opposants aux Jeux s’en donnent à cœur joie.

 

Il y a cet avocat, ancien candidat au poste de gouverneur de Tokyo qui revendique 350.000 signatures avec sa pétition en ligne contre les Jeux. Ce sont les députés japonais du parti au pouvoir et ses alliés qui se montrent pessimistes. Un syndicat de médecins très influent qui considèrent qu’il faut renoncer aux Jeux. Les municipalités qui annulent les stages d’entrainement des équipes étrangères. Certains gouverneurs qui refusent que les lits d’hôpitaux soient réservés cet été aux athlètes plutôt qu’à la population locale.

 

Il y a même un député qui envisage que les Jeux olympiques devraient se disputer sans athlètes étrangers, une sorte de « festival national du sport ».

 

En outre et c’est sans doute le plus inquiétant, des spéculations circulent sur le fait que le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike pourrait demander l’annulation des Jeux. C’est grave parce qu’elle est membre du triumvirat organisateur de l’événement avec le COJO et le gouvernement.

Suga tient bon

Face à cette tempête, le Premier ministre reste catégorique : « Nous allons les faire ». Jeudi soir, Suga s’est entretenu en privé avec l’ancien gouverneur de la préfecture de Chiba, Kensaku Morita. A la question de ce dernier lui demandant s’il allait ou non demander au CIO le maintien des Jeux, Suga n’a pas sourcillé. « Nous allons les faire » lui a t-il répondu.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN 日本語 JA