Français FR English EN 日本語 JA

30 villes japonaises renoncent à l’accueil de délégations étrangères

La première était Ichinomiya, la ville où doit se dérouler les épreuves de surf des Jeux de Tokyo 2020, elles sont désormais trente-et-une municipalités à renoncer à l’accueil d’équipes étrangères avant les Jeux.

 

L’agence Kyodo news nous apprend que 31 municipalités japonaises ont annulé les programmes de « ville hôte » des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.  Ces villes étaient candidates pour accueillir des athlètes étrangers pour des camps d’entraînement et des échanges culturels avant les Jeux. Elles ne le sont plus !

 

En cause bien évidemment les problèmes de COVID-19 et les conditions sanitaires draconiennes qui leurs sont imposées. C’est ainsi que Chiba, à l’est de Tokyo n’accueillera pas la fédération américaine d’athlétisme. Chiba prévoyait d’accueillir environ 120 membres de l’équipe américaine d’athlétisme à partir de début juillet. Elle devait fournir des installations d’entraînement dans trois villes de sa préfecture.

Les petites municipalités ont eu du mal à trouver le personnel nécessaire. A commencer par le personnel médical chargé de réaliser les tests Covid quotidiens.

L’argent n’y fait rien

Le gouvernement cherche à couvrir les dépenses des villes hôtes pour les contre-mesures COVID-19. Mais l’argent ne suffit pas. Ce sont les moyens logistiques qui manquent !

C’est ainsi qu’un nombre de plus en plus important d’équipes étrangères se retirent de leur propre chef. Elles s’entraineront chez elle avant de rallier le Japon au dernier moment.

 

Fin avril, 528 municipalités au total s’étaient inscrites pour accueillir des athlètes de 184 pays et régions. Elles sont désormais moins de 500. Ce programme est comparable à celui de Paris 2024, baptisé lui, Terre de Jeux.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN 日本語 JA