Français FR English EN 日本語 JA

Réduction drastique des officiels pour les Jeux

Le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 va considérablement réduire le nombre d’officiels invités aux Jeux cet été. Au départ, 180.000 responsables étrangers étaient attendus, seuls 59 000, seront autorisés à rentrer dans le pays en juillet.

 

Seul le nombre d’athlètes restera inchangé. Il sera de l’ordre de 15.000 (11.000 olympiques et 4000 paralympiques). En revanche, le comité d’organisation a demandé aux comités nationaux olympiques (CNO) et les fédérations sportives internationales (FI) de réduire le nombre d’officiels afin de simplifier le format des jeux.

En clair, pour les Jeux olympiques seuls 23 000 officiels directement impliqués dans les Jeux seront autorisés s’agissant des personnels des CNO, du CIO et des Fédérations Internationales.

Les représentants des droits de services de diffusion olympique représenteront 17 000 personnes pendant les Jeux olympiques. 6000 membres journalistes sont attendus.

 

Pour les Jeux paralympiques, l’ensemble des personnes autorisées à se rendre à Tokyo sera limité à 19 000 personnes. Elles se répartissent ainsi : 9000 officiels, 4000 pour la diffusion et 2000 pour les médias en plus des 4000 athlètes.

 

Pour le PDG de l’organisation, Toshiro Muto (photo), la réduction du nombre de visiteurs officiels est « l’un des facteurs les plus importants » en raison de la nécessité de préparer l’hébergement et le transport de ces personnes.

« En fonction de la situation pandémique, a-t-il ajouté, de nouvelles réductions pourraient être nécessaires ».

 

En clair, le COJO de Tokyo 2020 aimerait que les délégations nationales restreignent leur représentation aux seuls individus sans lesquels les Jeux olympiques ne peuvent avoir lieu.

 

Le président du CIO Thomas Bach avait déjà tenus ce discours à la fin du mois de mars dernier. Il considérait que devaient être accrédités que ceux qui étaient essentiels et opérationnels.

De nouvelles préfectures en état d’urgence

Ajoutons que le gouvernement japonais a décidé d’ajouter les préfectures de Hokkaido, d’Okayama et de Hiroshima à l’état d’urgence à partir de dimanche en raison de l’augmentation des cas de coronavirus. Hokkaido est la grande île au nord du pays où doit se dérouler le marathon olympique et les épreuves de marche. Okayama et Hiroshima sont les deux préfectures où la flamme olympique doit séjourner la semaine prochaine.

La préfecture de Gifu a elle aussi demandé au gouvernement d’être placé sur la liste des préfectures concernées.

Cette mesure, qui est déjà en place dans six préfectures, dont Tokyo et Osaka, s’applique jusqu’à la fin du mois de mai.

 

Le gouvernement cherche à réduire les contaminations et à alléger la pression sur le système hospitalier. Il prévoit également d’accélérer les vaccinations dans le pays.

Désormais, le gouvernement central prévoit de laisser les préfectures assumer le choix de la mise en état d’urgence plutôt que le décider à l’échelon national.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN 日本語 JA