简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español

La clim’ au Village des athlètes : Il faut trancher !

La question de la climatisation du Village des athlètes de Paris 2024 fait débat. Depuis l’été caniculaire que vient de connaître la France en 2022, le plus chaud depuis l’histoire des relevés de Météo-France, la question a son importance.
Doit-on sacrifier la climatisation des chambres pour le confort et la récupération des champions ou rester le bon élève en terme de bilan carbone ?

 

Aux yeux du Comité International olympique (CIO), il est capital que les Jeux de Paris 2024 soient neutres en terme de bilan carbone. Le CIO s’y est engagé et le COJO Paris 2024 entend faire respecter cette disposition.

C’est ainsi que dans le cadre de l’Agenda olympique 2020 + 5 du CIO, l’organisation cherchera à organiser à l’avenir des Jeux Olympiques à climat positif.

Tokyo 2020 et Pékin 2022 étaient tous deux en passe d’être neutres en carbone, insiste le CIO. Il faudra désormais que tous les Jeux olympiques soient positifs pour le climat à partir de 2030.

Village des athlètes sans clim’

A cheval entre Saint-Denis, Saint-Ouen et l’île Saint-Denis, le village des athlètes est actuellement en construction. Il devrait être achevé à la fin 2023 et pourrait accueillir près de 14.000 personnes.

 

Le lieu doit devenir à terme, un espace de résidence pour les Franciliens. C’est le fameux « héritage » auxquels le CIO est profondément attaché. Les Jeux doivent servir de moteur au développement d’un quartier, d’une ville, il ne doit plus produire des « éléphants blancs ».

Entouré par sept hectares d’espaces verts, le village des athlètes est construit avec des matériaux dédiés à la performance énergétique. Les logements devront afficher une température intérieure, de moins 6° par rapport à la température extérieure.

 

Si les températures extérieures n’excèdent pas 32° pendant la durée des Jeux, pas de problème, en revanche qu’en sera t-il si les températures extérieures frisent les 40° comme l’été dernier ?

La question presse

Nicolas Ferrand, le directeur général de la Solideo, en charge de la construction des ouvrages olympiques, a dû s’expliquer lors d’une conférence de presse.

« Nous, nous construisons des chambres où il fera moins 6 degrés par rapport à la température extérieure  » a-t-il assuré. « Si après, les collectivités ou le Cojo changent la commande, dont acte. S’il faut changer… c’est de la clim’. Mais à ce moment-là le bilan carbone n’est pas le même ».

 

Si la question fait débat à moins de 550 jours des Jeux, c’est parce que des fédérations cherchent déjà à loger leurs sportifs ailleurs. Un Village des athlètes vidé de ses occupants ferait très mauvais effet.

 

Le sujet est toujours « work in progress » assure t-on du côté du COJO qui imagine des solutions alternatives à la climatisation comme les ventilateurs ou les planchers réversibles (chauffage et refroidissement par eau alimenté par PAC). La question sera abordée avec la commission des athlètes prochainement.

En attendant, le problème devra être réglé avant l’été. C’est en juillet prochain que l’ensemble des chefs de délégations de toutes les nations olympiques se rassemblent à Paris. Ils visiteront le chantier du Village des athlètes en cours d’achèvement.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español
Verified by MonsterInsights