French FR English EN Japanese JA Spanish ES

Un champion olympique d’haltérophilie au tapis

Le champion olympique d’haltérophilie lors des Jeux de Rio 2016, dans la catégorie des moins de 77 kg, le Kazahk Nijat Rahimov vient d’être confondu pour dopage. Il est accusé d’avoir échangé ses échantillons d’urine contre de l’urine saine.

L’Autorité internationale de contrôle (ITA) vient d’inculper Rahimov et le roumain Dumitru Captari «d’une violation des règles antidopage pour« substitution d’urine »qui se serait produite sur une période donnée en 2016.
On ne sait pas si les allégations couvrent les Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016, où Rahimov a remporté la médaille d’or avec un record du monde dans la catégorie masculine. Captari a participé à la même compétition.

 

La performance de Rahimov avait été mise en doute à l’époque à Rio par le médaillé de bronze de la catégorie, l’Égyptien Mohamed Mahmoud qui considérait que la progression de Rahimov lui paraissait « trop rapide ».

Rahimov avait déjà purgé une interdiction de deux ans de 2013 à 2015 dans une affaire de dopage alors qu’il concourait pour l’Azerbaïdjan. Il risque cette fois, la suspension à vie.

Une fédération minée par les problèmes

Les problèmes de dopage et de corruption dans l’haltérophilie ont été révélés il y a un an par la chaîne allemande ARD. Cela a conduit à l’éviction du président de la Fédération internationale d’haltérophilie, le Hongrois Tamas Ajan, qui a également perdu son statut de membre honoraire du Comité international olympique.

Depuis, cette fédération internationale ne cesse de se débattre avec ses problèmes, elle a connu trois présidents en plusieurs mois et continuent d’être dirigé par des personnalités issues de l’équipe d’Ajan.

 

Celle qui avait assumé l’intérim après Ajan, l’Américaine d’origine grecque Ursula Papandrea et qui avait été écartée voici quelques mois par les tenants de l’ancienne ligne dirigeante, entend de nouveau briguer la présidence de cette discipline en mars 2021.

Elle entend toujours s’attaquer à la « culture toxique de la corruption, des intérêts personnels et du dopage » qui minent cette fédération.

 

PRÉCÉDENT ARTICLE SUR LE SUJET

Vent de folie sur l’haltérophilie

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.