简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español

Un tir au pigeon qui fait scandale

Lors des premiers Jeux de l’ère moderne, il existait une épreuve pas si différente de celle que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de skeet ou trap, qui s’appelait le tir au pigeon.

Dans le trap aujourd’hui, les tireurs tirent sur des plateaux d’argile. Jadis l’épreuve s’appelait d’ailleurs le tir aux pigeons d’argile.

 

Mais aux Jeux de Paris 1900, les organisateurs des Jeux ont compris qu’il s’agissait de véritables pigeons sur lesquels les concurrents devaient s’exercer.

C’est dire l’amateurisme de ceux qui étaient en charge de l’organisation des Jeux.

Ce sont donc 300 volatiles qui ont ainsi été tués. Les vainqueurs des deux catégories, le Belge Leon de Lunden et l’Australien Donald Mackintosh en ayant abattus une vingtaine chacun.

 

C’était la première et la seule fois dans l’histoire olympique où des animaux ont été tués volontairement.

Des campagnes de défense des droits des animaux ont été organisées pour arrêter les tirs sur des pigeons vivants et en 1902, des interdictions sont entrées en vigueur aux États-Unis, entraînant l’introduction de pigeons d’argile lors des Jeux de Saint-Louis 1904.

AUCUN COMMENTAIRE

Désolé, les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español
Verified by MonsterInsights