Français FR English EN Italiano IT

Pas de crime de lèse-majesté

Au début des années 1970, la commission médicale du CIO impose des tests de féminité à toutes les sportives afin de s’assurer que des athlètes masculins n’auraient pas été tenté de concourir en tant que femmes ou que certaines athlètes féminines avaient des conditions intersexuées qui pouvaient leur accorder un avantage.

 

C’est ainsi qu’à Montréal 1976, toutes les sportives britanniques vont devoir passer le test, sauf une… la Princesse Anne d’Angleterre qui s’apprête à disputer la compétition d’équitation. Les autorités olympique ont sans doute considéré qu’il se serait agit d’un crime de lèse-majesté, même si cette notion n’existe pas dans le code pénal anglais.

 

Depuis, la Princesse Anne a été présidente de la Fédération Internationale d’Équitation. Elle est aujourd’hui présidente du Comité olympique britannique et toujours membre du Comité International Olympique (CIO) depuis 1988 qui fait d’elle une des plus anciens membres.

 

Sa fille Zara Phillips est également devenue une cavalière émérite. Elle a disputée la compétition du concours complet par équipe aux Jeux de Londres 2012 est gagné une médaille d’argent avec ses partenaires britanniques : Nicola Wilson, Mary King, Kristina Cook et William Fox-Pitt.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT