Parité certes, mais pas encore égalité

L’engagement du CIO en faveur de la parité a conduit à une augmentation significative du nombre d’athlètes féminines aux Jeux Olympiques d’année en année. Il n’y avait aucune femme à Athènes 1896, seulement 2% à Paris 1900 et seulement un tiers à Atlanta 1996, à la fin du siècle dernier. Paris 2024 marquera un tournant, les femmes y seront aussi nombreuses que les hommes.

 

Si on considère que la présence des femmes aux Jeux n’a cessé d’augmenter, il faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas tout à fait vrai. A deux reprises, le chiffre de la participation féminine a baissé. C’était le cas à Saint-Louis 1904 (0,9 % de participation féminine) et à Berlin en 1936 (8,4 %).

Néanmoins en ce 8 mai, Journée internationale des droits des femmes, le CIO ne pouvait pas faire autrement que signaler que les Jeux de Paris 2024 marqueraient un tournant historique en affichant une parfaite égalité en nombre entre les sportifs et les sportives participant aux Jeux : « Nous attendons avec impatience Paris 2024, où nous verrons les résultats des efforts énormes du Mouvement olympique et de ses pionnières. C’est notre contribution à un monde plus égalitaire entre les sexes », a précisé Thomas Bach, le président du Comité International olympique (CIO).

En coopération avec les Fédérations Internationales de Sport (FI) et les Comités Nationaux Olympiques (CNO), le CIO a mené diverses initiatives visant à garantir l’égalité des chances pour les athlètes féminins et masculins de participer aux Jeux Olympiques.

Parité, mais pas encore égalité

Le programme sportif de Paris est plus équilibré entre les sexes, avec 28 sports sur 32 atteignant la parité totale entre les sexes. La répartition des médailles est également équitable, avec 152 épreuves féminines, 157 épreuves masculines et 20 épreuves mixtes.

 

Même Olympic Broadcasting Services entend « donner l’exemple » selon son PDG Yiannis Exarchos. Ils prévoient d’embaucher environ 35 commentatrices sur Olympic Channel (photo), la chaine numérique du CIO sur un total de 92 postes d’ici les Jeux, soit une augmentation de 80 % par rapport à Tokyo 2020 et de 200 % par rapport à Rio 2016.

 

Le CIO a pris des mesures importantes pour accroître la présence des femmes aux Jeux Olympiques. À partir de Tokyo 2020, les équipes ont été encouragées à sélectionner une athlète féminine et un athlète masculin comme porte-drapeau lors de la cérémonie d’ouverture.

 

Alors, tant mieux si les femmes ont gagné une juste parité, mais il leur reste à gagner l’égalité sur la nature des pratiques, les uniformes de compétition, les rémunérations, la couverture médiatique.

C’est le combat qu’ont déjà engagé les sportives d’aujourd’hui et plus encore celles de demain.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights