Les Italiens insistent pour la piste de glisse

La commission de coordination du CIO a terminé en fin de semaine une visite de trois jours en Vénétie sur les sites de Cortina d’Ampezzo, siège des prochains Jeux d’hiver de 2026. Comme on pouvait s’y attendre le projet de piste de bobsleigh, luge et skeleton était au centre de la conférence de presse de clôture.

 

Le feuilleton de la piste de bobsleigh, luge et skeleton de Cortina d’Ampezzo dure depuis maintenant de très longs mois. C’est en octobre 2020 que pour la première fois les organisateurs s’accordent sur la nécessité de la construire. Trois ans plus tard, l’ancienne piste jugée trop vétuste est déconstruite, mais la nouvelle ne l’a toujours pas remplacée faute de trouver le moindre entrepreneur pour la construire.

 

C’est alors que le CIO suggère de faire disputer les épreuves à l’étranger (Saint Moritz ou Innsbruck). Le maire d’Innsbruck fait immédiatement savoir que son équipement (photo) est disponible si nécessaire.

Idée que l’organisation mondiale du sport défend depuis l’origine. Sur ce point, le directeur général du CIO, Christophe Dubi est clair. « Le CIO a un avis, mais il n’a pas le dernier mot ».

 

Depuis, les Italiens ont écouté poliment les recommandations, mais ils feront comme ils l’entendent. Le gouvernement italien insiste sur la nécessité de relocaliser l’événement sur le sol italien. C’est ainsi que l’état vient de sortir de son chapeau, une entreprise disponible pour construire le site.

Plus de droit à différer

Reste que les délais sont de plus en plus serrés, les Jeux auront lieu dans deux ans et le site doit être terminé dans un an au plus tard pour rassurer les fédérations internationales concernées. Ce à quoi, le président du Comité d’organisation, Giovanni Malago précise avec ironie : « Nous avons des délais serrés. Mais en quoi est-ce nouveau pour l’Italie ? ».

 

Son directeur général, Andrea Varnier, le dit à son tour. Construire la piste en Italie serait plus favorable pour le pays. Non seulement, elle disposerait à terme d’un équipement de haut niveau, mais une délocalisation à l’étranger coûterait plus cher que les 86 millions d’euros de dépenses annoncés pour reconstruire la piste.

 

L’Italie dispose déjà d’une piste de bobsleigh, luge et skeleton récente à Cesana Torinese qui a servi pour les Jeux de Turin 2006. Elle a été abandonnée 5 ans plus tard, faut d’avoir pu l’entretenir (photo).

 

L’Italie doit désormais mettre les bouchées double si elle veut tenir son pari. Elle ne peut plus s’accorder le moindre répit. S’agissant de la piste, Christophe Dubi précise « nous ne pouvons pas faire de compromis, pour assurer la sécurité des athlètes, la piste devra être terminée au plus tard en mars 2025 ».

 

Dans le cas contraire, l’Italie devra renoncer à organiser les épreuves de glisse dans le pays et cette fois s’accorder définitivement sur le choix d’un site voisin, mais à l’étranger.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights