Français FR English EN Italiano IT

Diana, l’autre déesse chasseresse

Si le prénom de Diana n’existe pas officiellement en Hongrie, le père de la jeune fille, Jozsef Igaly décide le le donner à sa fille en hommage à la déesse de la chasse et des accouchements, également connue sous le nom d’Artémis. Il faut dire que Jozsef Igaly est un tireur d’élite et qu’il aurait dû participer aux Jeux olympiques de Montréal 1976. Hélas, pour des raisons politiques il en est empêché.

 

Sa fille Diana (1965 – 2021) qui a appris à tirer dès l’âge de 10 ans a donc repris le flambeau et s’est imposée aux Jeux d’Athènes 2004 dans l’épreuve du skeet olympique. Auparavant, elle avait pris une médaille de bronze à Sydney 2000.

 

Il faut dire que Diana Igaly était expérimentée puisqu’elle participait aux Jeux depuis Barcelone 1992, époque où elle devait concourir avec les hommes pour disputer les épreuves olympiques car il n’existait pas d’épreuve féminine spécifique.

 

Pendant cette période, elle a été 11 fois sur un podium mondial pour y remporter 4 titres. Après cette carrière, Diana Igaly est devenu membre du comité sportif hongrois de tir. Elle a créé un club dont le nom porte celui de son père.

Diana Igaly s’est éteinte en 2021, victime de l’épidémie de Covid-19.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT