Français FR English EN Italiano IT

Le CIO conditionne le retour des athlètes russes

Les athlètes russes qui ne soutiennent pas l’invasion de l’Ukraine pourraient être autorisés à reprendre les compétitions internationales. C’est ce que le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a laissé entendre lors de son séjour à Rome. Après avoir rencontré Georgia Meloni, il était l’invité du Sommet du sport au Vatican en présence du pape François (photo ci-dessus).

 

« Il ne s’agit pas nécessairement de récupérer la Russie », a déclaré Bach, « il s’agit de faire revenir en compétition des athlètes avec un passeport russe qui ne soutiennent pas la guerre ».

 

Des propos qui, loin de contenter les autorités russes qui se battent pour un retour de leurs athlètes dans les compétitions internationales, suscitent au contraire une vive colère, en particulier du vice-Premier ministre russe, Dmitry Chernyshenko (photo), l’ancien président des Jeux d’hiver de Sotchi 2014.

« Les athlètes russes sont des patriotes et ne vendent pas leur patrie. La communauté sportive russe a accueilli cette proposition de manière négative, la comparant à une trahison et la qualifiant de coercition pour violer les lois de la Russie et la Charte olympique » a immédiatement réagi Chernysshenko auprès de l’Agence TASS.

 

Toutefois le président du CIO continue de creuser son sillon. Dans l’interview qu’il a accordé au Corriere della il précise que « Le Mouvement olympique a pour mission de contribuer à la paix, nous devons donc voir comment nous pouvons contribuer à la paix ».

Le pape comme témoin

Des propos que le président du CIO a pu développer dans le discours qu’il a tenu lors du Sommet International du Sport organisé au Vatican en présence du Pape François.

 

« En ces temps difficiles – avec des divisions et des guerres croissantes – nous avons besoin de ce pouvoir unificateur du sport pour promouvoir plus que jamais notre mission olympique de paix et de solidarité », a déclaré Bach. Il s’agit aussi de créer un monde meilleur où chacun peut s’épanouir, où les gens sont traités de manière égale, où toutes les formes de discrimination et d’exclusion n’ont pas leur place. »

 

Le président du CIO a toutefois convenu que le sport seul ne peut pas créer la paix considérant que cela relève de l’autorité exclusive de la politique.

 

close

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jeudi toutes les infos olympiques de la semaine

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights