Français FR English EN Italiano IT

Un marathon qui n’en finit plus

Considéré comme le «père du marathon» au Japon, Shizo Kanakuri a participé aux Jeux de Stockholm 1912. Cependant, il faisait très chaud pendant la quinzaine olympique et le marathon s’est couru dans des conditions difficiles. Le Portugais Francisco Lazaro y a laissé la vie. Beaucoup d’autres athlètes ont souffert d’hyperthermie. Kanakuri, avait eu du mal à récupérer de son long voyage de 18 jours et de son adaptation à la nourriture locale. Il a perdu connaissance au milieu de la course.

 

Une famille d’agriculteurs l’a pris en charge et l’a emmené chez lui. L’athlète japonais a dormi de longues heures. Quand il s’est réveillé, honteux de son échec, il est rentré au Japon le plus discrètement possible. Il s’est faufilé dans la cale d’un cargo, sans en informer qui que ce soit.

Seulement, les autorités suédoises l’ont considéré comme disparu pendant plusieurs décennies. Jusqu’au jour où ils ont découvert qu’il avait participé à d’autres Jeux (Anvers et Paris) et à plusieurs marathons depuis cet échec.

 

C’est ainsi qu’en 1967, à la demande de la télévision suédoise, il a accepté de terminer la course. Il est revenu au stade olympique de Stockholm pour y effectuer le tour de piste (photo).

Les livres d’histoire olympique retiennent que Kanakuri a ainsi mis 54 ans, 8 mois, 6 jours, 8 heures, 32 minutes et 20 secondes pour aller au bout de son… marathon.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT