Les infos auxquelles vous auriez pu échapper

Une femme en colère

La maire de Paris, Anne Hidalgo, ne décolère toujours pas et continue de critiquer de façon véhémente la décision du président Emmanuel Macron de convoquer des élections anticipées « sans consulter personne ». Hidalgo proclame que cela pourrait « saper ce beau moment », faisant référence à l’impact potentiel que les élections pourraient avoir sur les Jeux olympiques.

 

Le 9 juin, la décision du président français Emmanuel Macron de dissoudre le Parlement et de convoquer des élections anticipées a porté un coup dur aux Jeux olympiques. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré mercredi que cette action pourrait « ruiner » les célébrations olympiques dans la capitale française.

« En maltraitant le peuple français, le président gâche la fête », a déclaré Hidalgo au journal Ouest France à propos de la décision de Macron. « J’ai très mal pris l’annonce de la dissolution (de l’Assemblée nationale) juste avant les Jeux. J’étais persuadée que cela arriverait plus tard. Dans un geste de maltraitance envers les Français, le président gâche la fête », a-t-elle ajouté dans l’interview.

Avant le début des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet, les Français se rendront aux urnes dimanche pour le premier des deux tours de scrutin.


L’Ukraine affiche ses couleurs

L’Ukraine en difficulté dans la guerre qui l’oppose à la Russie depuis deux ans cherche une sorte de répit dans le sport. C’est ainsi que les athlètes ukrainiens ont présenté leurs uniformes olympiques avant les Jeux de 2024 marqués par le conflit international.

 

Les couleurs sont toujours le jaune (pâle) et le bleu (marine) pour marquer l’appartenance à une nation qui souffre, mais qui entend ne pas plier. On sait que le conflit frappe toutes les couches de la société ukrainienne, y compris la communauté sportive du pays qui a perdu des centaines d’athlètes. Environ 3 000 athlètes ont pris les armes, parmi lesquels 479 sont morts, a rapporté l’AFP.

 

« Lorsqu’ils se présenteront à la cérémonie d’ouverture, toute l’Ukraine les applaudira. Cela enverra au monde entier et à nous tous le message que nous avons survécu », a déclaré Vadym Gutzeit, président du Comité national olympique d’Ukraine.


Une équipe neutre un peu plus fournie

Le Comité international olympique (CIO) a invité jeudi 22 athlètes russes et 17 biélorusses à participer aux Jeux olympiques de Paris en tant que qu’athlètes neutres. Ils viennent s’ajouter aux 14 russes et 11 biélorusses déjà retenus.

En dépit de cette qualification, plusieurs d’entre eux ont choisi de ne pas y participer. Dans cette deuxième liste, figurent des sportifs issus du tennis, du tir et de l’aviron.

 

Par ailleurs, La Fédération russe de judo n’enverra aucun concurrent aux Jeux olympiques de Paris après que seulement 4 de ses 17 judokas aient été autorisés à concourir par le CIO. Dans un communiqué publié vendredi sur son site Internet, elle déclare qu’elle ne pouvait pas accepter la décision du CIO. « Jusqu’à la toute fin, nous espérions que le bon sens et le désir d’organiser des Jeux Olympiques complets avec des athlètes de Russie et de Biélorussie l’emporteraient sur les intrigues politiques », indique le communiqué.


Le CNO palestinien appelle à l’exclusion d’Israël

Jibril Rajoub, président du Comité olympique palestinien, appelle à l’exclusion d’Israël des Jeux olympiques de Paris en 2024 en raison de la guerre en cours entre Israël et le Hamas à Gaza.

 

Rajoub a donné des exemples de la manière dont, selon lui, Israël avait enfreint la Charte olympique : l’ensemble des règles régissant les Jeux olympiques.

 

Rajoub a affirmé qu’environ 300 sportifs et responsables avaient été tués par les forces israéliennes et que toutes les installations sportives de Gaza ont été démolies depuis qu’Israël avait déclaré la guerre en réponse aux attaques terroristes menées par le Hamas en Israël en octobre de l’année dernière.

 

Il a également parlé de la façon dont certains stades étaient utilisés comme « centres d’arrestation et d’enquête et pour l’humiliation honteuse des gens », faisant référence aux images de Palestiniens détenus déshabillés, les yeux bandés et agenouillés en rangées à l’intérieur du stade Yarmouk de Gaza.


Pas de fast-food au Village

Le restaurant du village olympique a accueilli athlètes, politiques et journalistes pour tester une cuisine locale et montrer qu’elle écarte les plats types fast-food dans la perspective des Jeux. L’objectif est de proposer une alimentation saine.

 

Aucune friteuse ne sera autorisée dans les logements des athlètes. Ceux qui veulent ce genre de nourriture devront chercher ailleurs, contrairement à Rio 2016, où un restaurant de l’une des chaînes de restauration rapide les plus connues au monde avait été installé dans le village olympique.

La salle à manger du restaurant olympique installé dans les locaux de la société de production Europacorp dispose de six espaces de restauration différents proposant des plats du monde entier. La moitié des 50 plats proposés chaque jour sont 100% végétariens.

 

Les athlètes suivront leur régime alimentaire habituel avant de concourir, mais ils auront également l’occasion de découvrir la célèbre cuisine française. Plusieurs chefs étoilés Michelin ont été embauchés comme consultants.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights